350 $ de plus pour manger

350 $ de plus pour manger

Le prix du panier d’épicerie devrait augmenter de 350 $ en 2016, ne laissant aucun répit aux consommateurs qui ont déjà déboursé 1000 $ de plus en trois ans pour se nourrir.

«La portion de notre budget consacrée à l’alimentation ne cesse de croître, mais les salaires n’augmentent pas en conséquence, on doit donc toujours couper ailleurs», se désole Sylvain Charlebois, chercheur et auteur du rapport 2015 sur le prix des aliments de l’Université de Guelph.

Une famille moyenne devrait débourser pas moins de 8750 $ en 2016, simplement pour s’alimenter.

Les denrées dont les prix ont bondi en 2015 devraient poursuivre leur ascension en 2016.

Les fruits et légumes ont connu une hausse de 10 % cette année. Certains produits comme les laitues ont même grimpé de 22 % tandis que les fraises et les framboises sont 14 % plus chères qu’en 2014.

Une nouvelle hausse de 4 % pour les fruits et de 4,5 % pour les légumes est prévue pour la prochaine année.

«Ces produits qui nous viennent principalement des États-Unis sont beaucoup plus chers en raison de la faiblesse de la devise canadienne», explique M. Charlebois.

Après avoir grimpé de plus de 30 % depuis 2012, la viande de b’uf devrait aussi augmenter d’un autre 5 %.

«De plus en plus de gens diminuent leur achat de viande. On voit aussi de nombreux vols à l’étalage de pièces de b’uf, signe que c’est de moins en moins abordable», souligne Cinzia Cuneo, fondatrice du site SOS Cuisine.

Les produits laitiers et les ufs, les fruits de mers et poissons ainsi que le tofu et les légumineuses demeureront les meilleures options.

Acheter des produits locaux et les spéciaux permettront aussi d’économiser.

«La seule bonne nouvelle de la hausse des prix est que les gens devraient moins gaspiller. Une meilleure planification économise de l’argent», insiste Mme Cuneo.

Les tarifs de l’Agence métropolitaine de transport seront indexés de 2 % cette année tandis que la STM a décidé de les geler jusqu’en juillet 2016.

Les analystes prévoient que le prix du baril de pétrole devrait rester bas encore cette année. Mais comme cette descente ne se traduit pas à la pompe, il est difficile de prédire le prix du litre d’essence en 2016 dans un marché aussi volatil.

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *