3e lien , Régis Labeaume totalement déconnecté selon Éric Caire

3e lien , Régis Labeaume totalement déconnecté selon Éric Caire

En s’entêtant à bouder le projet de troisième lien entre Québec et Lévis, le maire Labeaume démontre qu’il est «totalement déconnecté de sa population», regrette le député caquiste Éric Caire.

«Et c’est quelque chose qui est extrêmement rare, parce que si Régis Labeaume a une qualité, c’est bien celle d’être un politicien extrêmement bien connecté sur sa population», d’ajouter le député de La Peltrie, qui en veut au maire d’avoir affirmé que le projet de troisième lien n’est pas une priorité pour les gens de la Rive-Nord.

En marge d’une première rencontre avec le nouveau ministre des Transports, Laurent Lessard, en début de semaine, Régis Labeaume a avancé que le projet de troisième lien n’était ni un besoin, ni une priorité pour les gens de Québec. Le maire considère qu’un troisième lien serait surtout bénéfique pour les gens de la Rive-Sud. «Les gens de Québec, ils n’ont pas de problème à traverser le pont le matin et à revenir le soir. Alors pour le citoyen de Québec, payeur de taxes, ce n’est pas dans ses priorités», a expliqué mardi M. Labeaume, préférant miser sur le Service rapide par bus (SRB), qui relierait les deux rives en passant par le pont de Québec.

Le SRB n’est pas une priorité selon la CAQ

À l’instar du ministre fédéral de Québec, Jean-Yves Duclos, Éric Caire considère au contraire que le projet de troisième lien concerne aussi les gens de Québec.

«Si le maire défend les payeurs de taxes, qu’il consulte la population de Québec à savoir si le SRB est une de leurs priorités puis d’après-moi, la réponse, il ne l’aimera pas», a indiqué le porte-parole de la CAQ pour la Capitale-Nationale, en entrevue avec notre Bureau parlementaire.

Éric Caire souhaite d’ailleurs que le bureau de projet sur le SRB mis sur pied au coût de 12,5 M$ évalue la possibilité de faire transiter le SRB par un éventuel troisième lien.

Il presse surtout le gouvernement de rendre publiques toutes les études qui existent déjà sur la faisabilité d’un lien sous-fluvial entre Québec et Lévis à la hâteur de l’Île-d’Orléans.

Tête des ponts : le PQ veut savoir

Par ailleurs, l’opposition péquiste a effectué une sortie jeudi pour réclamer du gouvernement libéral qu’il rende aussi public le plan concernant cette fois le réaménagement du secteur de la tête des ponts.

«En avril 2015, le projet, évalué à environ 500 M$, était supposément prêt à être dévoilé au public. Or, la population attend toujours», a déploré la députée de Taschereau et porte-parole péquiste pour la Capitale-Nationale, Agnès Maltais.

Étiquettes :

Laisser un commentaire