560 000$ à NATIONAL, La ministre David rappelle l’Université Laval à l’ordre

560 000$ à NATIONAL, La ministre David rappelle l'Université Laval à l'ordre

La ministre de l’Enseignement supérieur, Hélène David, rappelle à l’ordre l’Université Laval, qui a versé plus d’un demi-million $ à une firme de relations publiques dans le cadre d’un contrat de gré à gré renouvelé chaque année depuis cinq ans.

La ministre David a d’abord rappelé que dans les universités, qui sont des institutions publiques, «chaque sous doit être dépensé de façon judicieuse» et «parcimonieuse».

«On part de ça. Après ça, qu’ils donnent un contrat année après année, de gré à gré, même si c’est permis et légal, moi j’aurais préféré qu’ils fonctionnent avec des appels d’offres justifiés», a affirmé Mme David mercredi avant-midi.

PHOTO D’ARCHIVES, ANNIE T. ROUSSEL

Ce sera au conseil d’administration de déterminer si cette dépense est justifiée et s’il y a «une bonne reddition de comptes», a-t-elle ajouté :

«Je vais parler à la présidente tout à l’heure, je vais lui répéter les règles de gestion et de gouvernance importantes qui font qu’une administration doit rendre compte à son conseil d’administration». Par la suite, «si le conseil juge que la dépense est justifiée, que le mode d’attribution est justifié, ils expliqueront publiquement leur position», a-t-elle ajouté.

Du côté de la Coalition avenir Québec, le député Jean-François Roberge estime que l’octroi de ce contrat à la firme de relations publiques National représente un «scandale». Il dénonce par ailleurs l’inaction du gouvernement Couillard dans ce dossier.

«Le gouvernement libéral faire rire de lui» lance M. Roberge, qui rappelle que la rémunération des hauts dirigeants universitaires a régulièrement défrayé la manchette au cours des dernières années.

Une loi-cadre sur l’administration universitaire, réclamée par la CAQ depuis l’an dernier, aurait permis d’éviter ces dépenses injustifiées, ajoute M. Roberge.

Le Journal rapportait mercredi que le recteur Denis Brière est le seul haut dirigeant du réseau universitaire québécois à bénéficier des services récurrents d’un cabinet de relations publiques à qui un montant fixe de plusieurs milliers de dollars est versé chaque mois depuis plus de cinq ans.

Avec la collaboration de Marc-André Gagnon.

Plus de détails à venir.

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire