Aide à mourir, des députés libéraux opposés au projet de loi

Aide à mourir, des députés libéraux opposés au projet de loi

Au moins deux députés libéraux fédéraux s’opposent au projet de loi encadrant l’aide à mourir.  

«Une absence de loi est préférable à cette loi», a déclaré le député libéral Rob Oliphant, jeudi.

Le député de la circonscription ontarienne de Don Valley-Ouest avait présidé le comité parlementaire mixte spécial chargé de guider le gouvernement sur la question de l’aide médicale à mourir.

M. Oliphant a d’abord appuyé le projet de loi émanant de son parti avant son renvoi en comité. L’étude article par article du projet de loi C-14 au comité de la justice et des droits de la personne a été complétée mercredi.

Or, selon Rob Oliphant, aucun des aspects les plus litigieux n’a été modifié, comme le critère de la mort naturelle raisonnablement prévisible.

Le comité spécial présidé par M. Oliphant allait beaucoup plus loin que la loi québécoise dans ses recommandations.

Il suggérait notamment que les jeunes de moins de 18 ans et les personnes atteintes d’une maladie psychiatrique puissent avoir droit à l’aide médicale à mourir.

Il recommandait aussi que les Canadiens puissent pouvoir présenter une demande anticipée d’aide médicale à mourir.

M. Oliphant espère maintenant que le Sénat arrive à faire plier les libéraux en mettant à l’épreuve la constitutionnalité du projet de loi C-14.

«Je ne peux pas voter pour cette loi parce qu’elle ne respecte pas, à mon humble avis, la Charte canadienne des droits et libertés», a-t-il affirmé.

Un second élu libéral se prononce contre la loi sur l’aide médicale à mourir. Robert Falcon-Ouellet, de la circonscription Winnipeg-Centre, se dit contre toute sorte de valorisation du suicide.

M. Falcon-Ouellet note que certaines communautés sont particulièrement fragiles.

Ottawa a jusqu’au 6 juin pour encadrer l’aide médicale à mourir, selon les délais fixés par la Cour suprême.

Tout comme M. Oliphant, le NPD, le Bloc québécois et le Parti vert souhaitent élargir l’accès à l’aide médicale à mourir. Plusieurs députés conservateurs cherchent au contraire de le restreindre.

Le premier ministre Justin Trudeau défend son projet de loi, le qualifiant d’équilibré.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire