Aide médicale à mourir, Trudeau n’a pas l’intention de barrer la route au Québec

Aide médicale à mourir, Trudeau n'a pas l'intention de barrer la route au Québec

Le gouvernement Trudeau n’a pas l’intention de barrer la route à l’aide médicale à mourir au Québec.

Le Code criminel – qui interdit l’euthanasie – s’applique à la grandeur du pays, a soutenu vendredi Justin Trudeau, flanqué de son homologue québécois Philippe Couillard. Pas question toutefois pour le premier ministre canadien de condamner le Québec, qui a mis les médecins qui pratiqueront l’aide médicale à mourir à l’abri des poursuites criminelles.

«Les choix que font les médecins, c’est tout à fait une compétence provinciale», a convenu M. Trudeau, au terme d’une rencontre avec Philippe Couillard.

«On est en période de transition, on est dans une période où le Québec a pris de l’avance sur les autres provinces, y compris sur le gouvernement fédéral.»

Selon le premier ministre du Canada, le Québec a démontré «exactement ce que la Cour suprême voulait voir, c’est-à-dire un encadrement respectueux, responsable».

La loi québécoise sur l’aide médicale à mourir est entrée en vigueur jeudi. La loi est toutefois contestée devant la Cour d’appel.

La Cour suprême a donné jusqu’en février au fédéral pour réécrire le Code criminel afin de permettre l’aide médicale à mourir. Le gouvernement de Justin Trudeau a toutefois réclamé une extension supplémentaire de six mois.

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire