Alerte à la bombe à Concordia, Hisham Saadi passera deux autres nuits en détention

Alerte à la bombe à Concordia, Hisham Saadi passera deux autres nuits en détention

L’étudiant de doctorat accusé en lien avec la fausse alerte à la bombe à l’Université Concordia, la semaine passée, devra encore attendre avant d’espérer d’être libéré.

Hisham Saadi devait subir son enquête sur remise en liberté ce lundi après une fin de semaine en détention, mais de la nouvelle divulgation de preuve a forcé son avocate à demander un nouveau délai.

«Cette preuve est relativement volumineuse», a expliqué Me Caroline Braun à la cour, ce lundi au palais de justice de Montréal.

Saadi, qui s’est présenté à la cour bien rasé, a acquiescé à la demande avant de reprendre le chemin des cellules pour deux autres nuits encore.

L’accusé de 47 ans d’origine libanaise fait face à trois chefs d’avoir fait craindre à des activités terroristes, de menaces et de méfait. Il avait été arrêté à son logement de l’avenue Darlington, dans Côte-des-Neiges, mercredi de la semaine passée.

En avant-midi cette même journée, trois pavillons de l’université avaient dû être évacués après avoir reçu une missive haineuse de la part d’un groupe d’extrême droite visant spécifiquement des étudiants musulmans.

Aucun engin explosif n’avait toutefois été trouvé et les lieux avaient pu être sécurisés en fin d’après-midi.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire