Ambulance presque à la fin du transport de la dépouille

Ambulance  presque à la fin du transport de la dépouille

Jusqu’à dimanche, les ambulanciers paramédicaux dans la région de Québec ‘ s plus devrait conduire systématiquement des restes de personnes décédées ‘ de l’hôpital.

QUÉBEC – À compter de dimanche, les ambulanciers de la région de Québec n’auront plus à transporter systématiquement des dépouilles de personnes décédées à l’hôpital.

Un médecin pourra désormais émettre un constat de décès à distance. On souhaite que cette mesure puisse rendre les ambulanciers encore plus efficaces.

«Il y a longtemps que les gens le demandaient. On se disait qu’une ambulance, c’est fait pour transporter des gens qui ont une espérance de vie», a expliqué Éric Hamel, responsable des services cliniques à la Corporation des techniciens ambulanciers du Québec.

«On pourra appeler le médecin et laisser la dépouille à domicile pour que les services funéraires la récupèrent», a-t-il ajouté.

Entente de service

Ce sont les urgentologues de l’Hôtel-Dieu de Lévis, déjà familiers avec cette procédure, qui seront chargés d’émettre ces constats de décès à distance.

«L’ambulancier nous communique toute l’intervention du décès. Comment c’est arrivé’ Est-ce que la victime a des antécédents’ Est-ce que c’est une fin de vie attendue’ S’agit-il d’un accident’ On demande au médecin ensuite s’il est en mesure de faire le constat de décès», a précisé Denise Hébert, chef de service au CSSS Alphonse-Desjardins.

Cinq autres régions, dont Chaudière-Appalaches, utilisent ce protocole depuis 2011. Dans ces régions, on estime que les ambulanciers épargnent en moyenne 70 minutes par intervention lorsqu’un constat de décès peut être fait à distance.

«On n’a pas besoin de faire la procédure de désinfection. C’est vraiment un tournant majeur dans notre système», a indiqué Marc Bouchard, superviseur ambulancier chez Dessercom à Lévis.

Depuis l’instauration de cette mesure, il y a trois ans, 2800 demandes de constats ont été soumises aux urgentologues de l’Hôtel-Dieu de Lévis, qui ont pu confirmer les décès dans 80 % des cas.

«Un ambulancier travaille pour sauver des vies. Donc, c’est ce que ça fait, on est là pour ceux qui en ont vraiment besoin», a mentionné Marc Bouchard.

Cliquez sur «J’aime» pour ajouter nos articles à votre fil Facebook

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire