Anticosti, Québec pourrait devoir débourser 16 M$ de plus

Anticosti, Québec pourrait devoir débourser 16 M$ de plus

Pétrolia reproche au gouvernement Couillard de faire gonfler la facture du projet d’exploration pétrolière sur Anticosti.

Comble de l’ironie, une bonne partie des coûts supplémentaires devront être assumés par l’État. Québec devra débourser 1,6 million $ de plus pour confirmer le potentiel pétrolier de l’île.

Sans tambour ni trompette, le ministre Pierre Arcand a présenté en juillet un projet de modification réglementaire qui oblige les compagnies à forer plus loin de la faille de Jupiter située sur Anticosti et à payer plus pour restaurer les sites.

Ces modifications sont taillées sur mesure pour le projet Anticosti, déplore Pétrolia dans un mémoire adressé au ministère des Ressources naturelles.

Faire sauter le plafond de 150 000 $

À l’heure actuelle, les pétrolières doivent verser une garantie de 150 000 $ maximum pour la restauration des sites.

Le ministre Arcand veut faire sauter ce plafond et obliger les entreprises à allonger 10 % de la valeur d’un forage, qui coûtent entre six et huit millions de dollars.

«Pour la société Hydrocarbures Anticosti, la présente modification représente une dépense supplémentaire de 3 millions, dont 1,6 million $ devra être assumé par le gouvernement», signale la compagnie.

Le gouvernement Couillard ne veut plus de forage à moins de 600 mètres de la faille de l’île.

«Un lecteur bien informé pourrait facilement rester sur l’impression que les distances séparatrices prônées par ce projet de règlement ont été taillées sur mesure afin de cibler les projets de notre corporation», conclut la pétrolière.

Au bureau du ministre Arcand, on soutient que les modifications proposées «s’appliquent à l’ensemble des travaux» de forage sur le territoire québécois.

Étiquettes : , , , , , , ,

Laisser un commentaire