Attroupements sur les chantiers, Ils se priment entre eux pour m’intimider-Jo Clé

Attroupements sur les chantiers, Ils se priment entre eux pour m'intimider-Jo Clé

Blogueur très connu dans le monde de la construction, Jo Clé se dit victime de harcèlement et d’intimidation sur internet, depuis un mois, par un groupe prosyndical.

«Ils se « priment » entre eux autres et ça en vient fou raide», a-t-il indiqué en entrevue à TVA Nouvelles. «Des poursuites criminelles sont entamées», a-t-il ajouté.

Le menuisier de formation plaide pour la liberté de travailler ou de faire la grève comme «c’est indiqué dans la Charte des droits et libertés».

Jo Clé invite les travailleurs victimes d’intimidation à lui envoyer les vidéos. Le travailleur les partage sur sa page Facebook.

Pneus crevés à Montréal

Jo Clé a dénoncé haut et fort les grévistes qui ont intimidé un travailleur, dont les images ont été diffusées par TVA Nouvelles. «Ce travailleur sur la vidéo ne travaille pas dans la construction. C’est un livreur. Ils inspectent les contrats pour voir si tout est en règle», a expliqué Jo Clé.

Selon ses dires, il y avait une centaine de travailleurs pour accueillir le livreur de l’entreprise Bernard MNJ. «Il y aurait deux gars qui se seraient présentés avec des pitbulls. Le gars a la peur de sa vie».

Pour un attroupement illégal sur un chantier, la Commission de la construction du Québec peut donner une amende de «1000 à 10 000 $ par tête».

«C’est inacceptable. On a le droit de travailler et le droit de faire la grève», a-t-il affirmé.

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *