Au-delà du cas Stéphane Gobeil

Au-delà du cas Stéphane Gobeil

Les coulisses des partis politiques, sombres par définition, sont nettement plus difficiles à lire que les feuilles de thé au fond d’une tasse.

Il est donc normal de voir les interprétations foisonner lorsqu’un ancien conseiller formellement bien branché jusqu’au bureau de ses chefs successifs quitte pour une autre formation politique.

Tel est donc le «cas» pour Stéphane Gobeil, ex-conseiller péquiste et bloquiste auprès, entre autres, de Pauline Marois et Gilles Duceppe.

M. Gobeil passe dorénavant à la Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault (lui-même un ancien ministre péquiste et à l’époque, souverainiste dit très «pressé»).

Un dur coup pour le PQ, a-t-on pu lire. Un signe parmi d’autres des difficultés internes depuis l’arrivée de Pierre Karl Péladeau à sa tête, a-t-on pu aussi lire.

***

Perte relative ou signe d’inquiétude

Qu’en est-il vraiment

Est-ce le signe d’une inquiétude montante au sein du PQ où PKP tarde encore à se révéler comme le prochain «sauveur» En d’autres termes, certains quittent-ils par crainte, fondée ou non, d’un naufrage face à la redoutable machine libérale à l’élection générale du 1er octobre 2018

Ou est-ce plutôt le départ d’un énième «ex» des entourages de Mme Marois et/ou de M. Duceppe, lesquels y officiaient au moment de leurs pires défaites respectives En d’autres termes, ces départs d’anciens influenceurs partisans sont-ils une perte dans les faits toute relative pour le PQ

Ou est-ce alors, du moins pour certains départs, ceux de quelques membres influents de l’école plus nationaliste traditionnelle et dite «identitaire» sous Pauline Marois La question se pose d’autant plus que sous la direction de Pierre Karl Péladeau, l’intérêt pour une «charte des valeurs» revisitée à la sauce «identitaire» approche avec raison le niveau zéro .

Possiblement, c’est une combinaison des trois, à divers degrés et au cas par cas.

(L’exception évidente du côté des élus étant le départ de l’ex-ministre Stéphane Bédard après son «remplacement» par Bernard Drainville au poste névralgique de leader de l’opposition officielle. Un geste qui, à sa face même, fut une erreur au moment où l’expertise combinée de M. Bédard et de son chef de cabinet, parti lui aussi depuis, était nettement supérieure à celle de M. Drainville.)

***

Dix-huit mois cruciaux

La réalité est que des réponses plus étoffées à ces questions se révèleront d’elles-mêmes peu à peu au cours des prochains dix-huit mois.

Des mois qui s’annoncent cruciaux pour le PQ avec la création attendue de son institut de recherche sur la souveraineté, son école de formation pour les militants, l’acquisition de «logiciels sophistiqués de campagne électorale».

Sans compter la préparation de son grand congrès reporté maintenant à 2017 – une décision sage -, lequel indiquera entre autres choses importantes, la direction que prendra le parti sur sa propre option.

Des mois cruciaux pour la préparation – efficace ou non, ça se verra à l’usure -, de sa fameuse «machine de guerre», pour reprendre un terme cher aux militants péquistes.

***

Cinq grandes inconnues d’ici 2018

La liste n’est certes pas exhaustive, mais au moins cinq autres inconnues déterminantes pour le PQ au moment où le gouvernement Couillard approche quant à lui de son mi-mandat attendent aussi réponses d’ici 2018 :

1) De retour au Québec, l’ex-chef d’Option nationale et héritier politique de feu Jacques Parizeau, Jean-Martin Aussant, reviendra-t-il ou non au bercail péquiste à temps pour l’élection de 2018 L’appui au PQ et à son option étant faible chez les plus jeunes, cette question n’est pas superflue.

2) Québec solidaire et le Parti québécois réussiront-ils ou non à s’entendre même minimalement sur une forme ou autre de «convergence» stratégique et ponctuelle – et non pas de fusion -, d’ici l’élection de 2018

3) Le gouvernement Couillard lui-même. À l’approche de la prochaine élection, quels seront ses appuis Même avec les meilleures conditions si tel était le cas, sera-t-il même possible de défaire un gouvernement après un mandat seulement

4) La CAQ. Ou en seront les appuis au parti de François Legault Seront-ils suffisants pour gruger à nouveau dans les talles péquistes

5) La popularité du très fédéraliste nouveau premier ministre Justin Trudeau. Se maintiendra-t-elle ou non au Québec jusqu’en 2018′

***

Retour au «cas» Stéphane Gobeil

Ce qui nous ramène au «cas» de Stéphane Gobeil, l’ancien conseiller péquiste et bloquiste passé à la CAQ.

Est-ce ou non de l’«opportunisme», comme on a pu le lire sur les médias sociaux

Difficile tout de même de parler en termes d’«opportunisme» lorsqu’une personne se joint au deuxième parti d’opposition dont le propre chef confessait en juin dernier qu’il avait songé lui-même à quitter la CAQ après avoir perdu rien de moins que quatre députés et vu une autre de ses recrues vedettes, Dominique Anglade, passer carrément aux libéraux.

François Legault a beau prédire le «déclin» de l’option souverainiste et du PQ d’ici 2018 et il a beau avoir tout juste embauché M. Gobeil et l’ex-journaliste Mychel Saint-Louis aux communications – deux bonnes prises -, force est aussi de constater que si le PQ est en effet loin d’être encore sorti de l’auberge, son propre parti peine quant à lui même à garder ses meilleures recrues.

Dans un tel contexte, quitter un navire fragilisé pour un autre qui l’est encore plus, c’est fort probablement tout sauf de l’«opportunisme»…

Cela étant dit, seuls Stéphane Gobeil et ceux qui l’ont recruté connaissent les véritables raisons de son passage à la CAQ. C’est dans la nature de ce genre d’événements où ceux qui ne savent pas parlent et ceux qui parlent, ne savent pas…

***

Les raisons officielles

Les raisons «officielles» sont toutefois connues.

Le 13 décembre, M. Gobeil postait un billet sur son ancien blogue au Journal de Montréal où il se disait dorénavant convaincu des dangers réels d’un «monopole libéral» apte à rendre le PLQ indélogeable au pouvoir.

Plus d’une semaine auparavant, le 4 décembre dernier, le chef caquiste François Legault, lors de son propre bilan de fin de session, utilisait déjà la même expression :

«Notre formation politique a atteint une phase de maturité. Les Québécois veulent faire des gains. Ils ne veulent pas de la souveraineté, mais ils ne veulent pas non plus du statu quo libéral. C’est sur cette base que nous bâtirons l’avenir. Notre objectif est de mettre fin au monopole libéral et seule la CAQ peut y arriver.»

Le 11 novembre précédent, M. Gobeil signait déjà quant à lui un autre billet – celui-là sur les partielles -, où il faisait référence au «monopole libéral» et écrivait ceci :

«Comment battre les libéraux dans ces circonstances’ En appelant au rassemblement des électeurs nationalistes, qu’ils soient de droite ou de gauche, souverainistes ou fédéralistes, n’est-ce pas François Legault qui propose la seule avenue réaliste pour battre l’inexpugnable monopole électoral détenu par le Parti libéral’ Cette question mérite à tout le moins d’être posée.»

Puis, le 5 janvier, M. Gobeil poste un nouveau billet sur son blogue personnel – «Rassembler les nationalistes» – pour expliquer les raisons de son passage à la CAQ.

En voici quelques extraits:

«Dans un billet publié sur mon ancienne tribune du Journal de Montréal, je soulignais la possibilité bien réelle que le Québec soit gouverné par le Parti libéral pour une très longue période de temps. (…) Comment le briser, ce monopole libéral’ Comment sortir de ce marais’

L’éditorialiste du Devoir en appelle au rassemblement des nationalistes: «Face à cela, ce n’est pas tant la « division des souverainistes » qui devrait inquiéter, mais celle des nationalistes. Ces derniers forment encore une majorité au Québec, mais ils n’arrivent pas à s’entendre sur un véhicule commun. Il le faudrait, pour mettre au moins un pied en dehors du marais»

J’en suis venu à penser exactement la même chose.

Et en ce sens, l’appel au rassemblement lancé par François Legault en octobre dernier a touché en moi, l’indépendantiste de toujours, une corde sensible: « Sans la prospérité, la fierté manquerait de moyens; sans la fierté, la prospérité manquerait de sens. »Je pense encore que le Québec serait mieux servi par lui-même à tous points de vue, que l’indépendance demeure la meilleure option politique pour un peuple comme le nôtre.

Cependant, il faut bien constater que nous nous éloignons de cet objectif depuis 20 ans, plutôt que de nous en rapprocher. Tout donner pour réessayer de tenir un référendum « le plus tôt possible » comme veulent le faire mes amis du Parti Québécois est parfaitement légitime. Agir selon ses convictions, c’est admirable.

Mais pour atteindre cet objectif, il faudrait gagner les élections de 2018 et donc, rassembler tous les souverainistes, y compris ces solidaires qui s’y refusent et ceux, parmi les souverainistes, qui n’en font plus une priorité. Cette mission est donc devenue impossible à mes yeux.

J’ai acquis cette conviction et son corollaire, c’est que la fuite en avant ne réussit à faire le jeu que du Parti libéral, à renforcer le monopole rouge, qui constitue désormais la plus grande entrave à l’avancement de la nation québécoise. Continuer le jeu tel qu’il se présente aujourd’hui, c’est priver la majorité francophone de sa capacité d’élire le seul gouvernement qu’elle peut encore contrôler.

Je m’y refuse. L’urgence est à l’union des francophones derrière la bannière nationaliste, la seule capable de rassembler une majorité. Un nationalisme décomplexé, absolument pas revanchard, axé sur la fierté, le désir d’excellence et la volonté de redonner un élan puissant à notre peuple, en misant d’abord et avant tout sur nous-mêmes, les Québécoises et les Québécois.

J’ai acquis la conviction que pour briser le monopole libéral, il faut unir les caquistes et les péquistes de bonne volonté derrière un projet nationaliste alliant fierté et prospérité. Cela prendra du temps et nous devrons bâtir des ponts. Pour ma part, j’ai décidé de commencer à le faire dès maintenant, en me joignant à la Coalition Avenir Québec.» 

***

Derrière l’«argumentation»

La réputation de M. Gobeil comme «spin doctor» partisan n’est évidemment plus à faire. C’était, après tout, son travail. C’était dit clairement et connu.

À l’Actualité, en décembre 2013, il «prédisait» ainsi la «grande remontée» de Pauline Marois en 2014… Au Journal, en octobre de cette année, tout juste avant le scrutin fédéral, il «prédisait» aussi le «retour en force» de Gilles Duceppe… C’est ce qu’on appelle en effet des «spins» classiques.

D’où l’impression, à lire son nouveau billet, d’y relire le «spin» de François Legault sur son propre «virage nationaliste» opéré récemment dans l’espoir de mettre fin au fameux «monopole libéral». Mais avant tout, dans l’espoir de se trouver une énième nouvelle marque de commerce d’ici 2018. Ou était-ce le «spin» de M. Gobeil que reprenait M. Legault’ Qui sait.

Ce qu’il faut comprendre sur le plan tactique est que ce «virage nationaliste» de la CAQ vise avant tout à tenter de consolider sa base francophone nationaliste fédéraliste tout en grugeant à nouveau dans les talles des souverainistes déçus du PQ ou inquiets de la suite des choses.

Ce «virage», rappelons-le, comprenait de nombreuses «demandes». Plutôt «miroir aux alouettes», ce virage s’opère à la CAQ malgré la réalité suivante. C’est en effet un secret de Polichinelle depuis le dernier référendum : la «question du Québec», sous toutes ses formes, est tout simplement disparue du radar politique à Ottawa et au Canada anglais, tous partis confondus.

Alors, pourquoi s’entêter à tenter de combattre des moulins à vent lorsqu’on sait pertinemment que ce sont des moulins à vent’ Vaste question.

***

Le «monopole libéral»

Revenons à la théorie du «monopole libéral», loin en soi d’être tout à fait farfelue. Quoique, comme le disait si bien Robert Bourassa, six mois en politique, c’est une éternité. Traduction : bien malins les devins.

Cela étant dit, le problème de la division croissante du vote francophone est réel tout comme l’est la concentration corollaire du vote allophone et anglophone au Parti libéral du Québec. Tout comme l’est aussi l’affaiblissement continu du PQ depuis le dernier référendum. Je l’ai suffisamment analysé moi-même dans mes chroniques tout au long de cette même période pour le confirmer.

Mais quelles en sont les causes

Est-ce vraiment la division des «nationalistes» qui risque de rendre le PLQ indélogeable’

Ou est-ce plutôt le recul continu des appuis au PQ depuis vingt ans causé avant tout par son propre silence sur son option jusqu’à sa défaite cinglante d’avril 2014 qui, combiné à l’apparition de partis politiques tierces comme l’ADQ (l’ancêtre de la CAQ) et Québec solidaire sans oublier Option nationale sous Jean-Martin Aussant n’aura fait qu’alimenter cette même division croissante du vote francophone’

***

Affaiblir soi-même l’effet de «polarisation»

En affaiblissant lui-même l’effet de «polarisation» souverainiste-fédéraliste qui lui permettait depuis 1976 et ce, jusqu’après le dernier référendum, de viser l’alternance PQ-PLQ au pouvoir, le PQ a nourri lui-même en bonne partie la division croissante du vote francophone et ce faisant, son propre recul.

Le fait qu’en plus, des tiers partis aient pu et puissent encore en profiter prend presque des airs de coup de grâce.

Les tierces partis ont en fait profité du vide créé par le recul du PQ dans les intentions de vote francophones. Un recul tel que le PQ est devenu incapable depuis 1998 de même faire le plein d’un vote souverainiste oscillant pourtant, bon an mal an, autour des 40%.

L’écrasement du Bloc dans les intentions de vote aux élections fédérales de 2011 et de 2015, de même que le retour spectaculaire du PLC au Québec sous la direction du fils de Pierre Elliott Trudeau qui l’eût cru -, en sont un autre symptôme indéniable.

Hormis pour son «aventure souverainiste» du référendum de 1995, l’ADQ de Mario Dumont fut certes pour un temps «nationaliste», voire même autonomiste, mais aucunement souverainiste. Née d’un différend profond sur la question nationale avec le PLQ de Robert Bourassa, l’ADQ visait à son origine à mettre au jeu une «offre» politique conservatrice et autonomiste, mais non souverainiste.

***

De 1994 à aujourd’hui

La victoire majoritaire du PQ à l’élection de 1994 et la lancée de la machine référendaire sous Jacques Parizeau la polarisation ultime -, retarderaient toutefois l’attrait de l’offre politique adéquiste.

À l’élection générale du 12 septembre 1994 – le premier scrutin de l’ADQ -, face à un PQ qui, sous Jacques Parizeau, promettait un référendum rapide, la jeune ADQ ne rafla que 6,46 des voix.

À 44,75% pour le PQ et 44,40% pour le PLQ un résultat serré en chiffres absolus- la polarisation marquée entre les options souverainiste et fédéraliste combinée à l’avance du PQ chez les francophones ont néanmoins permis au PQ de prendre le pouvoir. Sans l’ADQ, son pourcentage aurait même possiblement été supérieur.

Après la défaite référendaire du PQ et la mise en veilleuse de son option sous les successeurs de M. Parizeau, le recul du PQ s’est amorcé.

À l’élection du 30 novembre 1998, à 42,87% des voix, le PQ de M. Bouchard remportait une majorité de sièges grâce au mode de scrutin et son avance chez les francophones, mais le PLQ le coiffait dans le vote populaire avec 43,55% des voix. L’ADQ montait quant à elle à 11,81%.

À l’élection du 14 avril 2003, le PQ de Bernard Landry (33,34%) perdait durement le pouvoir aux mains des libéraux de Jean Charest (45,99%). L’ADQ grimpait à nouveau, cette fois-ci jusqu’à 18,18% des votes.

Le PQ commençait alors à souffrir de la perte combinée d’une partie du vote souverainiste, du vote de la gauche opposé à la chasse au déficit-zéro sous M. Bouchard, d’une offre politique «autonomiste» à l’ADQ à laquelle les nationalistes dits «mous» pouvaient s’identifier.

À l’élection du 26 mars 2007, c’est le coup de théâtre.

Recalé à 33,08% des voix, le gouvernement Charest conserve le pouvoir, mais n’obtient qu’une minorité de sièges. Le PQ se retrouve lessivé sous André Boisclair avec 28,35% à peine des voix et perd même son statut d’opposition officielle.

Sous Mario Dumont, l’ADQ profite aussi en partie d’un alignement fabuleux de planètes politiques  dont l’impopularité de Jean Charest, la campagne catastrophique d’André Boisclair et la crise des «accommodements raisonnables». L’ADQ grimpe à 30,84% des voix et déménage ses pénates à l’opposition officielle.

À l’élection du 8 décembre 2008, autre coup de théâtre.

Le PLQ (42,08%) remporte un troisième mandat consécutif et celui-là, majoritaire. Sous Pauline Marois, le PQ retourne à l’opposition officielle avec 35,17% des voix et l’ADQ recule à 16,37%. La remontée du PQ est en partie le produit d’une combinaison de la performance décevante de l’ADQ à l’opposition officielle et du départ d’André Boisclair qui en soulage plusieurs au PQ.

Mario Dumont démissionne et quitte la politique. Sans lui, de toute évidence, les jours de la CAQ sont comptés.

À l’élection du 4  septembre 2012, malgré neuf ans de pouvoir et trois mandats libéraux sous Jean Charest, les scandales qui se multiplient et même la grève étudiante appuyée par Pauline Marois, le PQ doit néanmoins se contenter de 31,95% des voix. Son gouvernement sera minoritaire et fragile. Il vivra en fait sur du temps emprunté. Le PLQ le talonne même de près avec 31,20% des voix.

Sous François Legault, le nouveau parti Coalition avenir Québec (CAQ), l’héritier politique direct de l’ADQ, remporte 27,05% des voix dès son premier scrutin. Force est alors de constater que le changement d’étiquette de l’ADQ pour celle de la CAQ fonctionne auprès du quart des électeurs francophones.

En 2012, la brèche est majeure pour le PQ et plus sérieuse encore que celle opérée par Québec solidaire à 6,03% des voix ou Option nationale à 1,89%. Qu’elle soit en plus l »uvre d’un de ses ex-ministres vedettes ne fait qu’ajouter à l’inquiétude dans les rangs péquistes. L’affaiblissement spectaculaire de l’ADQ à l’élection de 2008 n’aura donc été que passagère. La voilà qui ressuscite dès 2012 sous la bannière caquiste.

***

La preuve

La forte concentration du vote non francophone au PLQ doublée d’une division croissante du vote francophone dont le PQ est en partie responsable -, semble vouloir rendre de plus en plus difficile, peut-être même impossible à court ou moyen terme, l’accession du PQ à un gouvernement majoritaire.

À l’élection de 2012, le PQ termine en effet avec un maigre 31,95% alors que le vote réuni de la CAQ, QS et ON est de 34,97% – soit plus élevé encore que le score du PLQ…

En fait, il n’y aura eu qu’à l’élection du 15 novembre 1976 que la présence forte d’un tiers parti aura aidé le PQ à remporter une majorité de sièges sa première victoire électorale par ailleurs.

Rappelons qu’en 1976, le PQ rafle 41,37% des voix, le PLQ, 33,78% et l’Union nationale, un impressonniant18% pour un parti pourtant branché sur le respirateur artificiel.

Comment cela fut-il possible’ Le PQ profite alors du vote unioniste qui vient diviser le vote libéral pour la simple raison que de nombreux anglophones, en furie contre l’adoption de la Loi 22 sous Robert Bourassa, «protestent» contre le PLQ en votant Union nationale… Ce faisant, ils oublient le PQ de René Lévesque dans leur angle mort. Une stratégie qui s’avéra pour eux être un véritable boomerang politique.

Pour fins de mémoire, rappelons aussi qu’à l’élection précédente en 1973, la même Union nationale alors moribonde n’avait récolté que 4,92% des voix… À l’élection de 1981, privée du vote de protestation des anglophones qui, depuis, avaient compris leur erreur, l’UN poursuivra son agonie en retournant à 4% d’appuis.

***

L’arrivée de PKP

Après la défaite cinglante du PQ sous Pauline Marois à l’élection du 7 avril 2014 avec 25,38% seulement des voix, une CAQ qui s’en sort cette fois-ci avec 23,05% et le retour au pouvoir rapide et en force des libéraux sous Philippe Couillard à 41,52% des voix, l’arrivée de PKP à la tête du PQ annonçait le retour de la grande polarisation souverainiste-fédéraliste dans le paysage politique québécois. Elle l’a fait d’ailleurs en partie.

Au moment où un sondage Léger est réalisé en novembre dernier pour le Journal de Montréal, le Journal de Québec et Le Devoir, le PQ était en avance chez les francophones avec 38% des voix, le PLQ à 24%, la CAQ à 23% et QS à 12%.Ce qui, toutefois, aurait été insuffisant au PQ pour prendre le pouvoir s’il y avait eu une élection au moment du sondage. Des chiffres qui, de toute manière, ont peut-être aussi changé depuis.

La question devient donc : le PQ sera-t-il capable à temps pour l’élection de 2018 de recréer une polarisation nettement plus nette encore sur la question nationale Ou la présence de la CAQ avec son «virage nationaliste» qui vise directement l’électorat francophone pour mieux le scinder rendra-t-elle la chose mathématiquement et politiquement impossible si ce «virage» lève même minimalement chez une partie des francophones’ Un gros «si», mais une possibilité néanmoins.

Bref, quand Stéphane Gobeil se dit toujours indépendantiste, mais persuadé de l’urgence d’une «union des francophones derrière la bannière nationaliste, la seule capable de rassembler une majorité» et de «briser le monopole libéral» en unissant «les caquistes et les péquistes de bonne volonté derrière un projet nationaliste», le fait-il en faisant fi du fait que dans la realpolitik, la CAQ, tout comme l’ADQ avant elle, accentue en fait une division sans précédent du vote francophone’

Une division dont le premier effet est précisément d’alimenter ce même risque d’un «monopole libéral» à demeure ou minimalement, de rendre mathématiquement impossible toute victoire majoritaire du PQ même dans les meilleures conditions pour ce dernier.

Il va sans dire qu’il est tout à fait légitime pour M. Gobeil, comme pour n’importe qui d’autre dans une démocratie, de changer d’appartenance partisane.

Dans la mesure toutefois où, contrairement à M. Legault, M. Gobeil se dit du même souffle toujours persuadé que l’indépendance «demeure la meilleure option politique pour un peuple comme le nôtre», le choix de travailler à tenter de renforcer un parti dont primo, ce n’est clairement pas l’option; secundo, qui concoure à entretenir l’illusion d’un rapport de forces «nationaliste» du Québec au sein de la fédération canadienne; tertio, qui nourrit la division du vote francophone -, a tout de même un petit quelque chose d’étonnant.

Ce constat, soit dit en passant, ne remet aucunement en cause la légitimité démocratique de la CAQ. Il souligne seulement certains de ses effets.

M. Gobeil écrit également que pour atteindre l’objectif de l’indépendance, «il faudrait gagner les élections de 2018 et donc, rassembler tous les souverainistes, y compris ces solidaires qui s’y refusent et ceux, parmi les souverainistes, qui n’en font plus une priorité. Cette mission est donc devenue impossible à mes yeux.»

Or, s’il est vrai qu’une victoire électorale majoritaire en 2018 sous une bannière souverainiste unie prend pour le moment des allures de «mission impossible», celle d’une victoire des «nationalistes» unis sous une CAQ  promettant un «nationalisme» décomplexé, mais devenu impraticable au sein du Canada, l’est sûrement tout autant.

***

Au-delà de quelques transfuges…

Pendant ce temps, au-delà de quelques transfuges qui passent d’un parti à l’autre comme ils ont parfaitement le droit de le faire, mais qui dans les faits, ont peu d’incidence sur le «big picture», comme disent les Anglais, le Québec s’enfonce encore plus dans son propre passage à vide politique.

Assumant pleinement quant à eux à quel point l’opération serait vouée à l’échec, les libéraux ne proposent plus rien aux Québécois pour élargir les pouvoirs du Québec au sein du Canada.

La division marquée du vote francophone en plusieurs blocs dont au PLQ lui-même -, combinée à la concentration du vote non-francophone chez ce dernier. lui offre de toute manière la possibilité de rester longtemps au pouvoir. La possibilité, mais non pas la certitude.

Après vingt ans d’un silence lourd de conséquences sur sa propre option et ses appuis, le PQ peine encore pour le moment à se relever de sa propre turpitude passée et ce, même sous un nouveau chef dont les difficultés d’apprentissage sont indéniables, mais dont le discours souverainiste est néanmoins clair. 

De son côté, Québec solidaire peine à comprendre l’importance d’une convergence même minimale des forces souverainistes tout en protégeant sa propre pérennité en tant que parti distinct. Cela dit, le problème concret de PKP est que le PQ a nettement plus besoin de QS un parti qui de toute manière ne peut aspirer au pouvoir -, que QS peut avoir besoin du PQ. À suivre quand même.

Enfin, côté CAQ, on fait miroiter aux francophones le miroir aux alouettes d’un nationalisme «décomplexé» au sein du Canada en sachant fort bien le contraire serait tout de même étonnant -, qu’il n’y a plus le moindre interlocuteur hors Québec le moindrement intéressé par cette marchandise depuis les échecs de Meech, de Charlottetown et la victoire du Non au référendum de 1995.

Pour voir dans ce constat tout à fait factuel ne serait-ce que l’ombre du début d’un «rapport de forces» pour le Québec au sein de la fédération commande au pire, une solide dose de déni, au mieux, une dose aussi solide de jovialisme.

Car si d’ici l’élection de 2018, il y a en effet UN seul élément véritablement immuable dans la dynamique politique québécoise et canadienne, que ce fut face à Stephen Harper ou dorénavant, Justin Trudeau, c’est bien celui-là.

Pour le reste, ce sera à suivre. Avec ou sans transfuges.

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire