Barrette n’entend pas reculer devant les radiologistes

Barrette n'entend pas reculer devant les radiologistes

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette déplore que les radiologistes tentent un «coup de force» en refusant de donner des rendez-vous aux patients depuis l’annonce des échographies gratuites au privé et les prévient qu’il ne reculera pas.

Le ministre Barrette est catégorique, l’attitude actuelle des radiologistes ne représente ni plus ni moins qu’un moyen de pression.

«On est dans un rapport de force qui n’en est pas vraiment un parce que peu importe ce qu’ils feront, ça va arriver. C’est seulement dommage qu’ils prennent les patients en otage», déplore le ministre.

Paiement rétroactif

Ce dernier insiste sur le fait que les radiologistes seront payés rétroactivement dès le moment où une entente sera entérinée une fois les montants fixés.

«Ils savent que ça existe cette façon de faire, c’est la même chose dans chacune de nos ententes. En attendant le tarif, continuez de faire l’examen et vous serez payé», explique M. Barrette.

Selon lui, les radiologistes du privé s’entêtent à ne pas offrir l’acte pour protester contre cette décision qui leur fera «perdre des revenus».

«Avant, ils faisaient des profits substantiels sur les frais d’opération et c’est ce qu’ils perdent. Ils ne seront pas à perte, mais ils perdent un avantage. Il n’y aura plus d’honoraires qui feront faire des profits parce que si je le fais pour eux, je devrai le faire pour tous et je n’ai pas les moyens», affirme le ministre.

Actuellement, 120 000 personnes seraient en attente d’une échographie dans l’ensemble du réseau québécois. La gratuité au privé devenait pour le ministre une solution pour désengorger le système.

«L’objectif est que le privé soit un ajout substantiel au public. Un radiologue en cabinet fera net le même montant qu’en salle et personne ne sera à perte», promet le ministre

Règlement imposé’

M. Barrette se dit surpris de cette réaction des spécialistes, qui était «bien au fait de ses projets» estime-t-il. La gratuité des échographies au privé se discuterait même depuis plus d’un an. «Ils se sont dit que je ne le ferais pas. Mais c’est une bien mauvaise idée de penser que je ne ferai pas quelque chose que je dis», insiste-t-il.

Un dénouement du conflit viendra maintenant d’ici la fin du mois de janvier promet le ministre de la Santé, qui envisage un règlement imposé. «Je peux vous garantir que ça va se régler dans le mois de janvier. Il y a 0,000 chance que ce ne soit pas régler ce mois-ci», affirme M. Barrette. 

Étiquettes :

Laisser un commentaire