Barrette serre la vis, Les médecins furieux

Barrette serre la vis, Les médecins furieux

Applaudi par certains, honni par d’autres, le projet de loi du ministre Gaétan Barrette visant à contraindre les médecins à performer davantage ne laisse personne indifférent.

Comme l’a révélé Le Journal dans sa livraison de vendredi, le ministre de la Santé a profité du tout dernier jour de la session parlementaire pour déposer un texte de loi qui permettra aux établissements de santé de sanctionner les généralistes et les spécialistes qui ne livrent pas la marchandise.

«On vient faire une encoche dans l’autonomie professionnelle des médecins, c’est vrai, mais c’est au bénéfice des patients», a plaidé le Dr Barrette. Les médecins qui ne se conformeront pas aux obligations fixées par les hôpitaux et les cliniques pourront perdre leur permis d’exercer à cet endroit (ce qu’on appelle un «privilège» dans le jargon médical).

Grâce au projet de loi 130, un établissement dont les salles d’opération sont vides le vendredi faute de médecins pourra, par exemple, forcer ses chirurgiens à opérer cette journée-là.

«Matraque»

Furieux, les médecins dénoncent vigoureusement ce projet de loi «matraque». Pour le président de la Fédération des omnipraticiens du Québec, il s’agit d’un geste «odieux» de la part du ministre de la Santé.

«Ce que cette loi-là rajoute, c’est qu’elle permet au ministre de se satisfaire un peu plus dans son désir inconditionnel de contrôler tout le monde, il se donne encore plus de pouvoirs, mais ça n’améliore en rien le système de santé au Québec», peste le Dr Louis Godin.

Le printemps dernier, la FMOQ a signé une entente avec le gouvernement pour améliorer l’accès aux médecins de famille. Il avait alors été convenu d’une mécanique pour gérer l’attribution des permis d’exercice dans les établissements, précise M. Godin.

«Ce ministre-là vient changer les règles du jeu, moins d’un an après avoir apposé sa signature dans ses ententes, ce qui fait dire que la signature du ministre de la Santé, ça ne vaut rien!»

La présidente de la Fédération des médecins spécialistes, Diane Franc’ur, estime que le problème du système de santé, c’est nul autre que Gaétan Barrette lui-même.

«Chose certaine, faire passer les médecins pour des fainéants, des enfants gâtés et des irresponsables est inacceptable. Affirmer que les médecins n’ont pas d’obligations à l’hôpital est de la pure démagogie. Non, l’autonomie professionnelle des médecins ne sera pas le cadeau de Noël de Gaétan Barrette», a-t-elle fait valoir par voie de communiqué.

Accueil favorable

Un avis que ne partage pas du tout le directeur du comité provincial des usagers, Pierre Blain, qui accueille au contraire très favorablement le projet du ministre Barrette. «C’est un pas dans la bonne direction parce que jusqu’à présent, aucun établissement de santé n’avait de levier sur ses médecins, et maintenant on va avoir un levier», dit-il.

M. Blain, qui a siégé pendant dix ans au conseil d’administration d’un établissement de santé, soutient que les permis d’exercice (ou privilèges) des médecins étaient renouvelés automatiquement. Il se souvient de plusieurs cas où il aurait souhaité avoir un levier pour contraindre les médecins à offrir davantage de disponibilité.

Par exemple, l’établissement voulait pouvoir opérer des patients l’après-midi et le soir pour éliminer ses listes d’attente. Ce n’était pas possible parce que certains chirurgiens ne voulaient pas opérer en après midi, se rappelle-t-il. «Jusqu’à maintenant, on ne pouvait pas contraindre les médecins à faire ça!», insiste M. Blain.

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire