Bécancour, le ministre Heurtel annonce un plan d’action

Bécancour, le ministre Heurtel annonce un plan d'action

QUÉBEC – Le ministre de l’Environnement, David Heurtel, a annoncé un plan d’action vendredi concernant le site hautement contaminé de Bécancour et a demandé une enquête externe afin de faire la lumière sur la gestion du dossier au cours des dernières années.

Tel que le rapportait notre Bureau d’enquête à la fin novembre, des dizaines de milliers de tonnes de matières résiduelles dangereuses se sont retrouvées dans le sol de cet ancien site industriel du chemin Louis-Riel où se trouvait notamment une usine de recyclage d’aluminium.

La contamination s’est déroulée sur une dizaine d’années, une situation qui n’était pas inconnue du ministère de l’Environnement pendant toutes ces années.

Le ministre Heurtel a confié le mandat d’enquête sur la gestion du dossier à la Direction de la vérification interne et des enquêtes administratives du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

«Compte tenu de la situation et des préoccupations soulevées, il est important de faire la lumière sur ce dossier, a affirmé le ministre, vendredi. C’est pourquoi j’ai demandé à ce qu’il y ait une enquête sur les informations véhiculées et la gestion du dossier. Les conclusions de l’enquête seront rendues publiques.»

M. Heurtel a par ailleurs placé le dossier sous la direction de la sous-ministre Marie-Renée Roy, «le retirant ainsi de la supervision de la Direction régionale de la Mauricie et du Centre-du-Québec».

«La sous-ministre a mis en place un plan d’action dans le but de clarifier la situation, de maintenir le lien de confiance et de rassurer la population, a poursuivi le ministre. Notre priorité est et sera toujours de s’assurer de la santé et de la sécurité de la population ainsi que de la protection de l’environnement.»

Le plan d’action comportera des volets d’enquête, de gestion du site, de surveillance des eaux, de restauration du site et de communication. Le plan prévoit notamment que le site soit pris en charge par le ministère et que «les actions requises» soient posées, soit, entre autres, l’installation d’une clôture pour restreindre l’accès au site. Le ministère compte aussi exercer une surveillance «nécessaire» des lieux.

«Le [ministère] procédera également à une surveillance continue et intensifiée de la qualité de l’eau potable, laquelle sera évaluée plus souvent et sur un territoire plus étendu. Il en sera de même pour les eaux souterraines et les eaux de surface. Les résultats de toutes ces analyses seront rendus publics.»

En outre, le ministre a souligné qu’une solution permanente est actuellement recherchée afin de restaurer le site et stopper les rejets de contaminants dans la nappe phréatique.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire