Braquage, la suspecte comparaît son complice en fuite

Braquage, la suspecte comparaît son complice en fuite

MONTRÉAL – Plus de 24 heures après le braquage d’une banque dans l’arrondissement d’Outremont, à Montréal, un des deux suspects court toujours, tandis que l’autre a comparu samedi.

Geneviève Dallaire, la femme de 35 ans qui a été arrêtée en lien avec cet événement vendredi, a comparu samedi après-midi et fait face notamment à une accusation de vol qualifié.

Poursuite dans le Mile End

Vers 11 h 30 vendredi, un homme et sa complice ont cambriolé une institution financière de l’avenue Bernard Ouest, près de la rue Hutchison, dans l’arrondissement d’Outremont. Ils ont ensuite pris la fuite à bord d’un véhicule avant d’en percuter un autre près de l’intersection des rues Saint-Viateur Ouest et Saint-Urbain dans le Mile End.

L’homme a alors pris ses jambes à son cou, laissant derrière lui son acolyte.

Des dizaines de policiers ont alors convergé vers le secteur. Le groupe d’intervention tactique a été déployé, tout comme un maître-chien.

Sa présumée complice a été arrêtée et interrogée par les policiers. Elle n’est pas connue de la police de Montréal, mais pourrait l’être d’autres corps policiers.

«Ses informations vont aider dans l’avancement de notre enquête», a mentionné André Leclerc le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Le suspect, un homme blanc d’environ 35 ans, court toujours.

«C’est surtout les circonstances dans lesquelles le vol a été commis qui ont fait qu’on a eu beaucoup de personnel, a mentionné M. Leclerc […] Dans l’action, l’individu a eu la chance de se faufiler, mais on poursuit l’enquête.»

Témoignage

Une jeune femme rencontrée par TVA Nouvelles a raconté que quelques minutes après avoir entendu l’impact de l’accident, un homme est entré dans son appartement. «Il était essoufflé et a demandé à avoir de l’eau, a-t-elle confié. Il s’excusait. Il a quitté; je n’ai pas eu le temps de le voir.»

Elle pensait alors que l’homme était toujours dans son logis. «Je me suis réfugiée chez mes voisins en haut, a-t-elle ajouté. Les policiers sont venus voir dans la cour à l’arrière si tout était correct et valider qu’il n’y avait personne dans mon appartement. J’étais un peu sur les nerfs qu’il soit là, mais il n’était pas là.»

Toute information qui aurait de l’information sur cette histoire peut contacter les policiers du SPVM.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire