Brésil une exécution sommaire effectuée par la police ?

Brésil  une exécution sommaire effectuée par la police ?

Le de la police de l’élite s ont exécuté sommairement un homme qui s ‘, cependant, a été fait, les mains sur la tête, quand l ‘ opération s à Rio ouest ‘ après une vidéo diffusée par le journal brésilien supplémentaire

02-08-2014 | 14h09

Dernière mise à jour: 02-08-2014 | 14h12

RIO DE JANEIRO – Des policiers d’élite auraient exécuté sommairement un homme qui s’était pourtant rendu, les mains sur la tête, lors d’une opération dans la zone ouest de Rio, d’après une vidéo diffusée par le journal brésilien Extra samedi.

La police civile a indiqué samedi avoir ouvert une enquête sur cette affaire survenue le 23 mai dernier et si les abus sont prouvés, les policiers seront traduits en justice.

Sur la vidéo, on voit deux policiers de la Coordination de ressources spéciales de la Police civile – Core, un groupe d’élite – tirer deux fois en pénétrant dans Itanhanga, un quartier de la zone ouest, dans le cadre d’une opération policière pour arrêter des trafiquants de drogue.

Un homme lève les bras et s’assoit sur le trottoir les mains sur la tête mais juste après on entend des tirs de la police et on le voit étendu par terre.

L’auteur de la vidéo a assuré que l’homme identifié comme Allysson Fernando da Silva était mort, abattu par la police, selon la chaîne de télévision Globo news.

L’opération policière s’était soldée par la saisie d’armes et de munitions, et sept arrestations, dont deux mineurs.

Les policiers impliqués ont enregistré à l’époque la mort d’Allysson Fernando comme un «cas de conflit armé».

Ils affirment que la victime – qui n’avait pas d’antécédents criminels – avait un pistolet et de la drogue dans son sac à dos.

En 2012, des policiers de la Core avaient déjà été accusés de «forger des cas de conflits armés» dans la favela de Rola.

La violence policière est encore un grave problème au Brésil.

Selon un rapport de Human Rigts Watch (HRW) diffusé fin juillet, «il y a de forts indices de participation d’agents de l’État dans 64 cas de torture ou de traitement cruel, inhumain et dégradant depuis 2010.»

Quarante cas concernent effectivement des tortures, selon HRW.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire