Censure aux Olivier, vague d’appuis des humoristes

Censure aux Olivier, vague d'appuis des humoristes

MONTRÉAL – La controverse entourant la censure d’un numéro au gala des Olivier continue de faire jaser et plusieurs acteurs du milieu sautent dans l’arène pour prendre position.

En entrevue à LCN, le président de Juste pour rire, Gilbert Rozon, a dit déplorer la situation et affirme n’avoir jamais censuré un numéro présenté au Festival Juste pour rire.

«Quand on commence à faire ça, c’est comme avoir un bouton pour tuer, a dit l’homme d’affaires […] On vit dans une société de droit, on s’est donné quelques principes de vie, dont la liberté d’opinion, et ce sont des choses durement acquises qui ont pris des centaines d’années pour ne pas dire des milliers d’années pour en arriver là et tout à coup, peut-être à cause des médias sociaux, tout le monde devient justicier.»

Pour M. Rozon, il ne faut pas confondre «goûts personnels avec ce qu’on a le droit de dire».

Risques de poursuite’

Selon l’avocat généraliste François-David Bernier, le texte du numéro ne présentait aucun risque de poursuite. «La liberté d’expression est très importante et la ligne n’est pas franchie, surtout pas dans ce texte-là», a dit Me Bernier.

Vague d’appuis

Afin d’appuyer les humoristes Mike Ward et Guy Nantel, plusieurs artistes ont déjà annoncé leur intention de boycotter le gala, tandis que d’autres préparent d’autres moyens de protester.

De plus, il semble que les deux humoristes ne participeront au gala de l’humour, malgré l’invitation lancée par l’équipe des Olivier. Mike Ward a annoncé vendredi sur Twitter qu’il ne s’y présentera pas.

Stéphane Rousseau, qui domine les nominations cette année, a écrit sur sa page Facebook: «Non à la censure». L’humoriste se demande s’il faut boycotter le gala ou refuser les prix.

Étiquettes : , , , , , , ,

Laisser un commentaire