CIUSSS de la Capitale-Nationale, jusqu’à 500 000 $ pour attirer la relève

CIUSSS de la Capitale-Nationale, jusqu'à 500 000 $ pour attirer la relève

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale entend consacrer un budget entre 250 000 $ et 500 000 $ afin de promouvoir auprès des jeunes les opportunités d’emploi au sein de son organisation.

L’établissement a lancé un appel d’intérêt en ce sens auprès d’organismes capables de mettre sur pied des journées de stage pour des élèves de 4e et 5e secondaire, ainsi que pour des jeunes du collégial de la région de Québec.

Ce mandat est confié depuis 2007 à Jeunes explorateurs d’un jour, une organisation sans but lucratif qui fait le pont entre le milieu de l’enseignement et le marché du travail. Le contrat, conclu au départ avec la défunte Agence de santé de Québec, a été jusqu’ici reconduit d’une année à l’autre.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale a repris le dossier en main et il souhaite maintenant régulariser le processus d’attribution de ce type de contrat. «L’avis d’intérêt a pour but de vérifier si d’autres entreprises similaires peuvent répondre à ce mandat. Le montant estimé dans l’appel d’intérêt s’échelonne sur plus d’un an, car le contrat est renouvelable jusqu’à cinq ans», précise la porte-parole du CIUSSS, Catherine Chagnon.

Soins infirmiers prisés

Selon la directrice générale de Jeunes explorateurs d’un jour, Isabelle Cloutier, au cours de la dernière année, près de 300 jeunes ont réalisé une journée de stage au CIUSSS de la Capitale-Nationale. Les soins infirmiers sont les plus prisés. Les élèves montrent de l’intérêt également pour la physiothérapie et l’ergothérapie, deux disciplines dont l’accès est toutefois fort limité dans le réseau public.

«Une enquête réalisée avec l’École nationale de l’administration publique (ENAP) a montré que plus de la moitié des jeunes ayant participé à une journée de stage se sont dirigés dans le même domaine. Notre programme contribue également à la persévérance scolaire», signale Mme Cloutier.

« De l’argent mal dépensé »

La présidente du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches de la CSN, Ann Gingras, doute de la pertinence de ces journées de stage dans les établissements du CIUSSS de la Capitale-Nationale.

«C’est de l’argent mal dépensé et mal pensé. Le problème n’est pas tant d’attirer des candidats, mais de les retenir. Lorsque ces élèves voient dans quelles conditions les employés travaillent, ce n’est pas sûr qu’ils vont se montrer réceptifs», critique Mme Gingras.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire