CIUSSS de la Capitale-Nationale, les syndicats somment le ministre Barrette de travailler en équipe

CIUSSS de la Capitale-Nationale, les syndicats somment le ministre Barrette de travailler en équipe

Les huit syndicats de la santé de la région soutiennent que la réorganisation des services au CIUSSS de la Capitale-Nationale mène à une hausse du taux d’absentéisme et de détresse des employés, ainsi qu’à des coupes de services aux patients.

Lors d’un point de presse à Québec mardi matin, huit syndicats affiliés à la CSN sont venus faire part de la «dégradation» des services aux patients et des conditions de travail de près de 6000 travailleurs depuis la fusion orchestrée par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

Outre la fermeture de lits, des problèmes de violence, d’absentéisme, de difficulté d’embauche, d’intimidation, de coupes de services et d’augmentation des tâches ont été rapportés.

La présidente du syndicat des employés de la santé de Portneuf, Sylvie Landry, indique que les absences prennent des proportions démesurées, alors que la région peine à recruter du personnel.

«Nous avons parfois jusqu’à 25 % de taux d’absentéisme», se désole-t-elle.

Cas de suicides

Jacques Guérin, président du syndicat du CSSS de Québec-Sud, rapporte de son côté des cas de suicides dans le personnel. Des employés se feraient également «achaler» par leur supérieur, «couchés sur une civière». «On entend aujourd’hui parler de tentatives de suicide et de suicide auprès du personnel. Ce sont des gens souvent monoparentaux et qui ont peut-être eu des problèmes de santé mentale au cours de leur carrière», dénonce-t-il. «Toutes les conséquences que vous voyez, c’est vraiment le fruit de la réforme Barrette. C’est clair que nous, nous ne resterons pas les bras croisés. Il y a vraiment une volonté de l’ensemble des syndicats du CIUSSS de la Capitale-Nationale», dénonce Denis Bertrand, vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN).

Impliquer le syndicat

Ann Gingras, présidente de la section locale de la CSN, somme le ministre Barrette d’impliquer les syndicats dans la résolution des problèmes soulevés plutôt que de les accuser de «faire de l’obstruction systématique».

«Ça commence par la formation d’un comité où le syndicat est partie prenante. À ce moment-là, on s’entend sur des objectifs pour résoudre les problèmes», indique-t-elle.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *