Cloutier attaque la charte 3.0 de Lisée

Cloutier attaque la charte 3.0 de Lisée

DRUMMONDVILLE Alexandre Cloutier accuse Jean-François Lisée de provoquer une «fracture» dans le mouvement souverainiste avec sa «charte des valeurs 3.0» lors d’un débat où les deux candidats ont croisé le fer sur l’enjeu de l’immigration.

«Sur un enjeu aussi fondamental, si on veut rassembler les néo-Québécois, il faut avoir une approche d’ouverture», a lancé M. Cloutier lors d’un débat tenu mardi au cégep de Drummondville. La proposition du candidat Lisée, une «charte 3.0», va causer «une fracture au sein du mouvement souverainiste».

«Dire à une prof qui porte le voile que ce n’est pas l’idée du siècle, puis dire qu’on laissera les gens juger, ça va mener à la division. Ça va mener à des chicanes», a lancé M. Cloutier.

Jean-François Lisée n’était pas en reste. Il critique l’approche de M. Cloutier, qui propose d’appliquer les recommandations Bouchard-Taylor, soit interdire le port de signe religieux aux gardiens de prisons, juges et policiers, tout en y ajoutant les enseignants.

Il affirme qu’Alexandre Cloutier souhaitait lors de la dernière campagne mettre à la porte les professeurs qui veulent porter des signes religieux.

Il s’est expliqué sur sa proposition de charte. «On va exprimer aux employés de l’État, une incitation à ne pas porter de signes religieux. On va leur dire, leur demander. Comme on l’a fait avec le tabagisme et la ceinture de sécurité», a-t-il lancé.

Lors de ses remarques finales, Alexandre Cloutier a précisé que jamais «sous sa gouverne quiconque ne va perdre son emploi». «Je veux une société ouverte qui tolère la différence.» Il a choisi les recommandations de la commission Bouchard-Taylor parce qu’elle fait «consensus» et qu’il veut rassembler.

De son côté, Martine Ouellet a souligné qu’elle propose de mettre sur pied une cérémonie d’accueil du Québec pour les immigrants, où on ferait référence à Gilles Vigneault et Gaston Miron plutôt qu’à la reine d’Angleterre. Elle a déploré la tactique de Jean-François Lisée et d’Alexandre Cloutier de mener une «course à deux». Elle a l’impression d’être exclue lorsqu’ils se relancent lors des débats. Elle a aussi critiqué M. Lisée et «sa façon d’utiliser (le débat identitaire) pour faire une ballot question». «C’est comme en 2014 et vous avez vu le résultat», a-t-elle dit.

Paul St-Pierre Plamondon a insisté sur l’importance de recruter des néo-Québécois au sein du PQ. «Si le PQ n’est pas le reflet de la réalité québécoise d’aujourd’hui. S’il n’inclut pas les néo-Québécois, on a notre part de responsabilité.» Il a demandé aux autres candidats de ne pas faire de l’immigration un enjeu partisan.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire