Code G., la parole est aux gars

Code G., la parole est aux gars

Forte du succès de Code F., la chaîne VRAK a voulu donner la parole aux gars avec Code G..

Les principales vedettes de l’émission – Phil Roy, Joey Scarpellino, Jay Du Temple, Daniel Pinet et Adib Alkhalidey – ont l’intention de profiter de cette tribune pour redorer le blason des hommes.

Par contre, ils n’iront pas aussi loin que les Mariana Mazza, Maripier Morin et compagnie dans leur façon de s’affirmer, de s’exprimer.

«C’est normal pour les filles d’aller dans une direction plus « trash », plus intense, parce que ça vient contrebalancer l’image un peu stéréotypée qu’on se fait des femmes, explique Adib Alkhalidey. Avec Code G, j’ai l’impression qu’on vient contrebalancer l’image qu’on se fait des hommes, qui sont tous machos, insensibles, qui ne parlent pas de leurs émotions…»

Différents

Si les gars n’ont pas été choisis en fonction d’un casting précis, on en vient rapidement à voir les différences de chacun, les sujets qui les interpellent davantage, plusieurs leur permettant de faire rire et d’autres de se montrer plus sensibles, de passer des messages.Phil Roy se plaît d’ailleurs à décrire ses collègues d’une manière très rigolote.

«Daniel, c’est clairement le gars le plus capable de survivre dans le bois, affirme-t-il. Jay, on sait très bien que c’est le gars à maman. Joey, le beau gars par excellence. Adib, c’est plus flou, mais dans la saison deux, il va avoir pris des cours de jeu.»

Sincères

Et ce ne sont pas les thèmes qui manquent pour pimenter chacun des rendez-vous, que ce soit la «bromance», déménager avec sa blonde, perdre sa virginité, les grippes d’homme, les seins ou encore être «bad boy», pour ne nommer que ceux-là.

Des sujets qui, pour la plupart, semblent passionner les cinq gars, mais aussi leurs collaborateurs, un vaste panel de jeunes hommes.

«Un des plus grands dangers avec ce genre d’émission, c’est que les sujets sont tellement proches de nous qu’à un certain moment, ça peut ne plus être de la comédie et là, c’est comme chez le psy, tu parles de ton ancienne vie… Le « setup » de Code G nous force, sans qu’on s’en rende compte, à être vraiment honnêtes…»

Collaborateurs de luxe

L’une des forces de Code G., après le visionnement des deux premiers épisodes, réside dans les interventions lumineuses des collaborateurs. Mentions spéciales à Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques et Sam Breton qui ne sont pas que de simples acteurs de soutien.

Ce dernier s’est d’ailleurs confié avec humour sur la fois où il a emménagé avec une ancienne amoureuse, mais dont le résultat n’a pas du tout été concluant.

«J’ai déjà fait cette erreur-là, mais je ne me suis pas rendu compte que c’était une erreur, je me suis rendu compte que c’était une conne (la fille). Quand je prenais un « kleenex », y’avait un stylo à côté, il fallait que je note moins un sur la boîte. Quand une fille te demande de faire l’inventaire des « kleenex », tu cours.»

Au total, 16 épisodes réguliers de Code G. seront diffusés à VRAK à compter du 10 janvier à 21 h, à raison d’un par semaine. S’ajouteront cinq croisements, aussi en format 30 minutes, entre les gars et les filles, dont un pour la St-Valentin.

Étiquettes :

Laisser un commentaire