Conseil des ministres spécial, les libéraux ont manqué de temps

Conseil des ministres spécial, les libéraux ont manqué de temps

Les libéraux ayant manqué de temps pour attaquer l’ensemble de leur programme législatif, les ministres du gouvernement Couillard ont convergé vers l’Assemblée nationale à la première heure, vendredi matin, ce qui est plutôt rare.

Le conseil des ministres a l’habitude de se réunir le mercredi, après la période des questions. Ce fut le cas cette semaine, mais à sept jours de la fin de la session parlementaire, le temps file.

«L’urgence, c’est que nous on finit la session la semaine prochaine. Il faut déposer nos projets de loi si on veut que les gens aient le temps de les voir», a expliqué le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier.

«On va parler notamment du dossier de Québec», a-t-il confirmé, en faisant référence au projet de loi devant conférer un statut spécial à la capitale nationale.

Il avait d’abord été prévu de déposer ce projet de loi en même temps que celui sur le statut spécial pour la métropole, mais celui de Québec étant plus avancé, il a visiblement été décidé de procéder séparément.

Le dossier relève du ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, qui à son arrivée à l’Assemblée nationale, a refusé de répondre aux questions des journalistes.

Un programme «des plus ambitieux», dit Couillard

«On fait juste compléter notre programme législatif, qui est l’un des plus ambitieux depuis longtemps», a déclaré de son côté le premier ministre Philippe Couillard.

Bien que certains dossiers comme celui du projet de loi 70 sur l’aide sociale traînent en longueur, le leader parlementaire du gouvernement attendra jusqu’au «dernier moment» de la session parlementaire, vendredi prochain, avant de décider si le bâillon s’impose pour l’une ou l’autre des pièces législatives au menu.

«Pour l’instant ce n’est pas sur mon écran radar, a dit M. Fournier. Je ne me lève pas ce matin en me disant: « il va y avoir un bâillon ». On se lève en se disant les gens vont délibérer.»

«Il n’y a aucune crise, c’est la fin de la session parlementaire, on a des projets de loi dont on doit s’occuper», a assuré à son tour la ministre du Travail, Dominique Vien.

«On a des agendas chargés et on a un gouvernement actif et performant», a fait valoir pour sa part Lucie Charlebois, ministre à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie.

Plus de détails à venir.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire