CSeries, Québec ne mettra pas d’argent supplémentaire

CSeries, Québec ne mettra pas d'argent supplémentaire

Le gouvernement du Québec n’a pas l’intention de mettre plus d’argent pour aider Bombardier, dont la cote de crédit vient d’être abaissée.

«Non, on n’est pas dans cette dynamique là, a précisé mardi la ministre Dominique Anglade. Le gouvernement provincial a joué son rôle avec Bombardier, on a été présent, on est toujours présent, on les accompagne, il faut qu’ils percent de nouveaux marchés».

Québec a déjà allongé 1,3 milliards de dollars dans l’aventure CSeries. Vendredi, la firme de notation Standard and Poor’s a annoncé qu’elle abaissait la cote de crédit de Bombardier de «B» à «B -» en raison de «la faiblesse prolongée de ses débouchés et des retards futurs de son programme de la CSeries».

La ministre de l’Économie estime que la balle est dans le camp du gouvernement canadien de Justin Trudeau. «Maintenant, il y a le gouvernement fédéral qui doit jouer également son rôle», a-t-elle insisté.

Le chef caquiste François Legault accuse Philippe Couillard d’être «nonchalant» dans ce dossier. Il demande au premier ministre de faire pression sur son homologue fédéral, qui ne s’est pas fait prier pour venir à la rescousse du secteur automobile ontarien quant il était en difficulté.

«C’est aussi important l’aéronautique au Québec que l’automobile en Ontario!», insiste le chef de la CAQ. Il rappelle qu’en plus de l’investissement de 1,3 milliards de dollars du Québec, Bombardier a également pu compter sur une aide financière de deux milliards de dollars de la Caisse de dépôt.

«Ce que la Caisse et le gouvernement ont investi au cours de la dernière année, c’est, au total, la valeur de Bombardier. Donc les propriétaires de Bombardier, ce sont beaucoup les Québécois. Dans ce sens-là, M. Couillard a une responsabilité, un devoir», ajoute M. Legault.

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire