De premier à troisième centre

De premier à troisième centre

MONTRÉAL – «Vous faites toujours de trop grosses histoires avec les changements de trios. Ce n’est rien de nouveau. Je suis juste un joueur, je ne choisis pas mes coéquipiers. C’est à moi de bien jouer.»

À sa cinquième saison avec le Canadien, Alex Galchenyuk connaît la réalité d’une ville comme Montréal. Il savait qu’en se retrouvant au centre du troisième avec Sven Andrighetto et d’Andrew Shaw, il était pour représenter un pôle d’attraction dans le vestiaire de l’équipe à sa sortie de l’entraînement.

Galchenyuk a aussi eu la sagesse de ne pas faire de vagues avec ce plus récent changement de la part de Michel Therrien. Pour la visite du CH à Newark, Phillip Danault renouera avec Max Pacioretty et Alexander Radulov.

«Ça ne me dérange pas trop, a dit Galchenyuk. J’ai joué un peu avec Andrighetto l’an dernier. Il est talentueux et il voit bien le jeu. J’espère qu’on retrouvera une certaine chimie parce qu’on a bien fait ensemble la saison dernière. Quant à Shaw, on sait à quoi s’attendre de lui. On va essayer de produire.»

«Quand tu n’as pas joué pendant six semaines, ce n’est pas facile de revenir, a-t-il poursuivi. Mais c’est à moi de trouver une façon de mieux jouer.»

Trop rapidement

Après une absence de 18 matchs en raison d’une blessure au genou droit, Galchenyuk avait retrouvé son poste de premier centre en compagnie de Max Pacioretty et d’Alexander Radulov dès son retour au jeu contre les Rangers. Le numéro 27 avait répondu à l’appel avec un but et quelques beaux jeux défensifs dans un gain de 5-4.

Mais à l’image de son équipe, l’Américain de 22 ans a frappé un mur à ses deux dernières rencontres, contre les Red Wings et les Penguins.

«Il ne faut pas lire un message avec les changements aux trios, a justifié Therrien. Mais c’est très évident à constater qu’Alex n’est pas au niveau qu’il était en début de saison, pas seulement offensivement, mais défensivement aussi.»

«Je prends une certaine responsabilité là-dessus en l’ayant replacé tout de suite (sur le premier trio), a-t-il continué. J’aurais espéré qu’il retrouve le même niveau de jeu dès son retour. On est tous en mesure de constater qu’il n’est pas rendu là. On fait des ajustements et quand on va voir que son niveau de jeu sera de retour, on fera d’autres ajustements. Présentement, il faut s’ajuster.»

À son dernier match contre les Penguins, Galchenyuk a terminé avec un dossier de -2 et il n’a décoché aucun tir en direction de Matthew Murray.

Une question de temps

Dans un autre coin du vestiaire, Danault était fébrile à l’idée de retrouver le capitaine et Radulov contre les Devils.

«Ça marchait entre nous pour près de 20 matchs, a-t-il répliqué. J’ai bon espoir que nous retrouverons notre complicité. Chucky (Galchenyuk) n’est pas encore prêt et c’est juste normal après une aussi longue absence. C’est plus difficile de retrouver le rythme. Mais je sais qu’il rebondira rapidement.»

Paul Byron, qui a déjà expérimenté de longues absences, a prôné la patience avec Galchenyuk.

«C’est difficile de revenir au beau milieu de la saison, a souligné le petit ailier. La vitesse du jeu est tellement rapide. Tu ne peux pas recréer des situations identiques lors des entraînements. Ce n’est pas le même rythme. Ça prend du temps pour retrouver ton niveau. Chucky travaille très fort et il a énormément de talent. C’est une question de temps avant qu’il redevienne un centre aussi dangereux.»

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire