Décès à Québec, le SPVQ blanchi

Décès à Québec, le SPVQ blanchi

Le Service de police de la Ville de Québec n’a commis aucune infraction criminelle lors d’une intervention effectuée à Québec l’an dernier, durant laquelle un homme désorganisé de 53 ans a perdu connaissance, puis la vie, quelques jours plus tard.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales a fait savoir par communiqué vendredi qu’aucune accusation ne serait déposée dans cette affaire, l’homme ayant perdu la vie à la suite d’une «intoxication ou à une réaction fatale à la prise de cocaïne, compliquée d’un arrêt cardiorespiratoire».

Le 6 novembre 2015, vers 5 h, la police de Québec était dépêchée dans un logement de la rue Franklin, en basse-ville, après qu’un homme se disant «gravement blessé» après avoir été «agressé avec un couteau» eut contacté le 911.

À leur arrivée, les policiers trouvent un homme «corpulent», qui «n’a qu’une seule jambe et se trouve dans un fauteuil roulant». «L’homme brandit un couteau de sa main droite qu’il laisse tomber au sol, à la demande des policiers. Ces derniers constatent que l’homme n’a aucune blessure, il présente toutefois un faible saignement au niveau de la narine», peut-on lire.

Maîtrise

L’homme, «dans un état de crise», tient des «propos incohérents». Alors que les policiers le maîtrisent dans son fauteuil roulant dans l’attente des ambulanciers, il se lève brusquement et saute sur sa jambe.

«Considérant son état et la présence d’objets à portée de main qui peuvent compromettre sa sécurité et celle des policiers, ces derniers le maîtrisent et l’amènent au sol. Étant donné sa corpulence, deux paires de menottes sont utilisées pour lui menotter les mains dans le dos. L’homme crie et se débat», poursuit le communiqué.

Les ambulanciers arrivent. Maîtrisé, l’homme demeure agité et crie «que des serpents vont l’attaquer». Rassuré par les policiers, il se calme. Mais lorsque les ambulanciers s’approchent pour l’examiner, ils constatent qu’il n’a pas de pouls. «Ils lui prodiguent les soins et le transportent à l’hôpital. Il décède quelques jours plus tard à l’hôpital.»

Enquête indépendante

La Sûreté du Québec avait mené l’enquête indépendante afin de faire la lumière sur l’intervention des policiers.

«La preuve recueillie démontre que les policiers n’ont causé aucune lésion corporelle à l’homme. Également, elle ne permet aucunement d’établir un lien de causalité entre sa mort et l’intervention policière. Enfin, la force employée par les policiers n’était pas excessive dans les circonstances», termine le DPCP.

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire