Décès de Pierre Renaud cofondateur de Renaud-Bray

Décès de Pierre Renaud cofondateur de Renaud-Bray

Père de Blaise Renaud, président actuel de l’entreprise, Pierre Renaud a ouvert sa première librairie sur le chemin de la Côte-des-Neiges à Montréal dans les années 60. En 1965, il a lancé avec Edmond Bray la bannière Renaud-Bray, avec l’idée d’offrir des librairies à grande surface où les clients peuvent également se procurer des magazines, des disques, des articles de papeterie, et plus tard des jouets.

Après avoir introduit en 1978 les technologies de l’information au sein de la gestion de l’entreprise, Pierre Renaud lance en 1998 l’étiquette « Coup de c’ur Renaud-Bray », qui permet aux oeuvres sélectionnées d’obtenir une plus grande visibilité en magasin.

Le fils de Pierre Renaud, Blaise Renaud, assure la présidence de la chaîne depuis 2011.


Librairie Renaud-Bray, rue Saint-Denis à Montréal

En 2005, en entrevue avec Raymond Cloutier à Radio-Canada, Pierre Renaud est revenu sur ses débuts comme libraire.

J’ai emprunté 20 000 $ à ma mère et j’ai loué en dessous de Chez Vito, [au coin de Lacombe et Côte-des-Neiges]. Je n’avais jamais travaillé dans une librairie de ma vie!

Pierre Renaud, en entrevue à Radio-Canada en 2005

Dans les années 90, Renaud-Bray a même tenté sa chance à l’extérieur du Québec en ouvrant une succursale à Toronto. L’expérience s’est toutefois soldée par un échec.

On est une des (seules) librairies au monde qui s’est informatisée au début. Dès le moment où tout a été informatisé, ça nous a permis d’ouvrir une autre librairie sur la rue Laurier [à Montréal].

Pierre Renaud, en entrevue à Radio-Canada en 2005

Pierre Renaud a été fait Chevalier de l’Ordre de la Pléiade par l’Assemblée parlementaire de la Francophonie en 2007.

Renaud-Bray, un des premiers commerces de détail à être soutenus par le Fonds de solidarité FTQ, exploite aujourd’hui 29 librairies au Québec, en plus d’un entrepôt web et d’une boutique virtuelle.

En 2015, Renaud-Bray avait fait l’acquisition du Groupe Archambault, alors propriété de Québecor. Cette entente comprenait les 14 magasins au détail Archambault, de même que le portail web du même nom et la librairie anglophone Paragraphe.

Travailleur acharné, Pierre Renaud a également confié en entrevue n’avoir qu’un seul regret, soit le fait que sa mère Annette n’a pas pu être témoin de l’essor de son entreprise.

Non seulement je l’ai remboursée [sa mère], mais je pense qu’elle était fière de ça. Elle aurait été encore plus fière de voir ce que c’est devenu, et ce que ça risque de devenir aussi.

Pierre Renaud en entrevue en 2005

Étiquettes : , , , , , , ,

Laisser un commentaire