Demande de conciliation, la direction de Postes Canada accusée de vouloir provoquer un conflit de travail

Demande de conciliation, la direction de Postes Canada accusée de vouloir provoquer un conflit de travail

OTTAWA |  Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) a accusé lundi la direction de Postes Canada de tenter de faire reculer les conditions de travail de ses employés après que la société d’État eut transmis au gouvernement Trudeau une demande de conciliation aussi tôt dans les négociations pour le renouvellement de leur contrat de travail.

Dans une sortie publique, le STTP a indiqué que cette «tentative cynique» de Postes Canada a pour but de provoquer un conflit de travail.

«Cette situation est sans précédent dans l’histoire de notre syndicat, a indiqué Mike Palecek, président national du STTP. Postes Canada n’a même pas terminé de nous communiquer ses demandes, que déjà elle se prépare à pousser les négociations vers une impasse.»

Selon le STTP, Postes Canada veut notamment imposer des «reculs relatifs au régime de retraite, aux avantages sociaux et à la sécurité d’emploi» de ses employés.

Le Syndicat, qui demande de son côté l’expansion des services et l’équité salariale pour ses factrices et facteurs ruraux, dit avoir vu toutes ses propositions être balayées du revers de la main par les négociateurs de Postes Canada.

La convention collective du STTP- Factrices et facteurs ruraux et suburbains a pris fin le 31 décembre 2015, alors que celle du STTP-Urbain s’est achevée le 31 janvier dernier.

«En juin 2011, Deepak Chopra (le président de Postes Canada) n’a pas hésité à paralyser le service postal et à mettre les travailleuses et travailleurs des postes en lock-out, a poursuivi Mike Palecek. Les dirigeants de Postes Canada, nommés par le gouvernement Harper, veulent briser notre syndicat à tout prix, sans aucun égard pour la population ou les services sur lesquels elle compte.»

Postes Canada a réagi en milieu d’après-midi, lundi, avec son propre communiqué, dans lequel elle a confirmé qu’elle avait demandé la nomination d’un conciliateur en lien avec des avis de différend touchant aux négociations avec le STTP-Urbain et avec les factrices et facteurs ruraux et suburbains. Ces avis de différend ont été transmis à la ministre fédérale de l’Emploi, du Développement de la main-d »uvre et du Travail, MaryAnn Mihychuk.

«Nous prenons cette mesure parce que, bien que les parties discutent depuis la fin de 2015, nous ne constatons aucun progrès sur les questions clés. Dans les deux cas, nous espérons que l’assistance d’une partie neutre permettra de susciter des échanges constructifs et d’accélérer le processus de négociation», a écrit Postes Canada.

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire