Des Américains détenus par l’Iran

Des Américains détenus par l'Iran

Les États-Unis étaient en contact mardi soir avec l’Iran pour récupérer dix marins américains dont les deux navires ont été appréhendés dans les eaux territoriales iraniennes, ont annoncé plusieurs responsables américains.

«Plus tôt dans la journée, nous avons perdu le contact avec deux petits navires militaires qui naviguaient entre le Koweït et Bahreïn», a indiqué à l’AFP l’un de ces responsables de l’administration de Barack Obama.

Interrogée sur le sort des dix marins américains qui se trouvaient à bord des deux bateaux, la directrice de la communication de la Maison-Blanche, Jennifer Psaki, a déclaré sur CNN qu’ils étaient en sécurité.

«Nous avons été en contact avec les Iraniens (qui) nous ont assuré qu’ils étaient en sécurité et qu’ils pourront poursuivre leur voyage rapidement», a affirmé Mme Psaki.

«Nous prenons évidemment très au sérieux une situation comme celle-là et c’est pour cela que nous avons agi très vite», a assuré la responsable américaine, qui s’exprimait à quelques heures du discours annuel sur l’état de l’Union de Barack Obama.

Mme Psaki a précisé que le président n’avait pas prévu de modifier son discours solennel pour mentionner cet incident.

Alors que les États-Unis et l’Iran n’ont plus de relations diplomatiques depuis 1980, un autre responsable américain a ajouté que rien n’indique à ce stade qu’il s’agisse d’un acte hostile de la part de Téhéran.

D’après un cadre militaire américain, les dix marins sont actuellement avec les Iraniens sur l’île de Farsi, à mi-chemin entre l’Iran et les côtes de l’Arabie saoudite.

Les États-Unis sont très présents militairement dans la région, leur Ve Flotte siégeant notamment à Bahreïn.

Aucune explication n’a été fournie sur les raisons pour lesquelles les navires se trouvaient dans cette zone maritime du Golfe, située dans les eaux territoriales iraniennes. «Nous ne savons pas ce qui s’est passé», a admis ce responsable, qui a évoqué un incident mécanique parmi les hypothèses possibles.

«Ils sont sur l’île (…) ils ont le droit de poursuivre leur chemin, mais il fait noir», a-t-il ajouté, jugeant qu’étant donnée la petite taille des bateaux, il était plus prudent d’attendre le lever du jour.

Signe de l’importance de l’incident, le secrétaire d’État John Kerry a eu au téléphone son homologue iranien Mohammad Javad Zarif pour évoquer ce dossier, a confié à l’AFP un diplomate du département d’État.

L’Iran et les États-Unis sont en principe toujours adversaires, mais les deux ministres des Affaires étrangères sont en contacts réguliers et depuis plus de deux ans à la faveur des négociations sur le dossier nucléaire iranien.

Ces dernières ont abouti à un accord scellé à Vienne le 14 juillet dernier entre les grandes puissances et l’Iran qui vise à garantir que la République islamique chiite ne se dote pas de la bombe atomique, en échange d’une levée progressive et contrôlée des sanctions internationales.

Pour son ultime discours sur l’état de l’Union devant le Congrès, le président Obama doit décliner ses priorités, en termes de politique intérieure, mais aussi de politique étrangère.

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire