Dix jours c’est énorme je commence à m’inquiéter

Dix jours et toujours pas de verdict au procès de Richard Henry Bain. Les sept femmes et cinq hommes qui ont entre les mains le sort de l’accusé de l’attentat qui a fait un mort et un blessé au Métropolis en septembre 2012 ne se sont pas encore entendus unanimement.

«Dix jours c’est énorme, je commence à m’inquiéter, à me poser certaines questions. Mais tout est  possible», soutient la juge à la retraite Nicole Gibeault.

Il avait fallu neuf jours au jury lors du procès de Luka Rocco Magnotta accusé du meurtre prémédité de Lin Jun pour en venir à un verdict alors que dans ce procès-là, l’avocat de la défense avait aussi plaidé la thèse de la non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux.

«Je me pose des questions. Y a-t-il trois, quatre ou seulement une personne qui tient mordicus à sa théorie qui ne fait pas l’unanimité’ J’ose espérer que l’on a tous les éléments pour en venir à un verdict tout au moins sur la non-responsabilité criminelle, qu’ils se sont fait une tête. Les jurés doivent d’abord se pencher là-dessus», ajoute l’ancienne magistrate.

Les 12 jurés n’ont pas posé de question de droit pour le moment. Si jamais, ils ne parviennent pas à s’entendre, ils s’adresseront au juge. «Le juge Cournoyer leur dira de voir s’ils peuvent s’entendre, de continuer à délibérer, il ne déclarera pas d’avortement du  procès tout de suite. Il va les retourner faire leurs devoirs sans les influencer», précise l’ex-juge Nicole Gibeault.

L’avocat de Richard Henry Bain, Alan Guttman, a plaidé l’article 16 du Code criminel soit la non-responsabilité criminelle de son client tandis que Me Dennis Galiatsatos de la Couronne a argué que l’accusé de 65 ans était motivé par une rage contre les séparatistes lorsqu’il s’était présenté armé d’un fusil semi-automatique au Métropolis, le 4 septembre 2012.

Étiquettes :

Laisser un commentaire