Drame sur une ferme de Saint-Valérien-de-Milton, il meurt en tentant de sauver son patron

Drame sur une ferme de Saint-Valérien-de-Milton, il meurt en tentant de sauver son patron

SAINT-VALÉRIEN-DE-MILTON – Un jeune agriculteur de 18 ans est mort en tentant de sauver la vie de son patron, qui a lui aussi péri, mardi après-midi, sur le terrain d’une ferme porcine de Saint-Valérien-de-Milton, en Montérégie.

Alain Beaudry, âgé dans la jeune cinquantaine, était un agriculteur très connu et très respecté dans la petite municipalité située à une vingtaine de kilomètres de Granby. Il était aussi père de trois enfants.

«C’est une énorme perte dans le milieu agricole, il n’y a aucun doute. Tout le monde le connaissait ici et il était très apprécié», a laissé tomber sa cousine, Lucienne Petit, qui demeure directement en face de la ferme où s’est produit le drame.

L’autre victime de cette tragédie est Anthony Lalumière, qui venait d’obtenir son diplôme d’études secondaires.

Selon les premières informations disponibles, le jeune homme aurait perdu la vie en tentant de sauver celle de son patron, qui venait de tomber dans une fosse à purin, sur le terrain de la ferme du chemin de Saint-Dominique.

Alain Beaudry, le propriétaire de l’endroit, s’affairait à réparer la pompe de la fosse lorsqu’il est tombé à l’intérieur.

Les autorités étudient la possibilité que le producteur agricole ait subi un malaise avant sa chute.

Anthony Lalumière aurait alors tenté un acte de bravoure en essayant d’extirper son patron de sa fâcheuse position, mais sa man’uvre a échoué. Le jeune homme est lui aussi tombé dans la fosse, profonde d’une douzaine de pieds.

Les deux victimes auraient été ensevelies sous une épaisse couche de purin pendant de longues minutes.

Les pompiers ont été dépêchés sur les lieux et sont parvenus à évacuer les deux hommes, mais le mal était déjà fait.

«Il n’y avait plus rien à faire», a dit le directeur du Service des incendies de Saint-Valérien-de-Milton, Sylvain Laplante.

«Quand j’ai vu les deux ambulances partir tranquillement, sans leurs gyrophares, j’ai compris qu’il y avait deux morts, s’est désolée Lucienne Petit. J’espère seulement qu’ils n’ont pas souffert.»

Les services d’urgence ont dû travailler avec énormément de précautions sur les lieux du drame puisque les fosses à purin dégagent un gaz extrêmement toxique, le sulfure d’hydrogène.

«Les vapeurs sont très sournoises, notamment parce qu’elles sont inodores. Par contre, c’est une réalité à laquelle les agriculteurs sont habitués», a indiqué le chef des pompiers.

M. Laplante, qui connaissait personnellement Alain Beaudry, a dit avoir perdu un «bon ami» dans cette tragédie.

La Sûreté du Québec a ouvert une enquête conjointe dans ce dossier, en collaboration avec la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). 

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire