Drogué il dépèce un chat pour satisfaire sa faim

Drogué il dépèce un chat pour satisfaire sa faim

MONTRÉAL – Un Montréalais s’en est sorti avec des travaux communautaires pour avoir dépecé un chat errant dans une ruelle, pour satisfaire une faim «que même la nourriture ne pouvait pas combler».

Jean-Benoît Richer, 21 ans, était dans un intense trip de speed lorsqu’il a commis son crime en juin 2014. Il en avait consommé pendant trois jours, et n’avait ni dormi ni mangé pendant 48 heures.

«Il a alors eu une sensation de faim que même la nourriture ne pouvait pas combler», a expliqué Me Audrey Amzallag de la défense. Il est allé dans une ruelle, il a trouvé un chat errant et l’a dépecé, pour ensuite retourner chez lui avec les pattes (de l’animal).»

Sauf que les personnes chez qui Richer habitait n’étaient pas enclines à le laisser cuisiner le félin.

Horrifiés par cette prise, ils ont vite appelé le 911.

«Ça n’a pas de bon sens, s’est exclamée la juge Marie-Josée Di Lallo en condamnant l’accusé il y a quelques jours au palais de justice de Montréal. Ils ont bien fait d’appeler les policiers, car ce que vous avez fait est inacceptable.»

Richer, qui avait plaidé coupable pour cruauté animale, n’ira toutefois pas en prison pour son geste. Et ce, même s’il ne semble pas regretter son crime.

«Mais il regrette d’avoir perdu ses amis, a précisé Me Amzallag à la cour. On voit son état d’esprit, où il n’a même pas ciblé le sérieux du geste qu’il a fait. »

Outre les 100 heures de travaux communautaires qu’il devra effectuer dans l’année, Richer devra suivre des thérapies et respecter une probation de 30 mois, entre autres. Il lui sera aussi interdit de se trouver seul en présence d’animaux domestiques.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire