Du jazz sous haute tension

Du jazz sous haute tension

Avec cette première du mois de juin, nous commençons officiellement le tour des festivals de musique classique et jazz qui vont marquer l’été. Après les FrancoFolies de Montréal, le Festival international de jazz sonnera tambours et trompettes, le jeudi 29 juin. Depuis quelques années, le sympathique Upstairs est associé à cet événement avec une programmation riche où le nombre de sièges est très limité. Suivez le guide.

Comme le chantait si bien ­Michel Jonasz avec sa boîte de jazz, le Upstairs, situé rue Mackay, aurait­­­ pu se retrouver dans la chanson. Dans une atmosphère chaleureuse rehaussée­­­ par une bonne table, le jazz et ses musiciens règnent en maîtres. À partir du 28 juin, les festivités vont s’ouvrir avec la jeune chanteuse Halie Loren et son trio. Comme nous vous le mentionnons, il faut réserver de très bonne heure, puisque de grosses pointures feront leur apparition.

Jeudi 6 et vendredi 7 juillet, le ­trompettiste Wallace Roney, que Miles Davis considérait à juste titre comme son dauphin, donnera quatre concerts (à 19 h et 21 h 45). De ce musicien que nous avons entendu plusieurs fois sur de grandes scènes, il n’y a vraiment rien à redire. Combinant allégrement les standards avec une note bleue résolument plus moderne, Wallace Roney s’inscrit dans la grande tradition. Dimanche 2 juillet, attention, puisque le brillant pianiste Vijay Iver sera en solo. Considéré par plusieurs comme une étoile montante, ce jeune homme qui manie ­aussi bien les trames classiques que le jazz devrait nous éblouir!

Un air de Pologne

Samedi 1er juillet, le trompettiste Jacques-Kuba Séguin, bien connu du public montréalais, nous fera découvrir un ami polonais, qui est aussi pianiste. Avec son Litania Projekt, nous verrons bien de quel bois se chauffe Krystoszof Kobylinski.

Mercredi 5 juillet, un grand moment nous attend avec la venue du pianiste américain Georges Cables. Né en 1944, le grand monsieur a joué avec le saxophoniste Sonny Rollins, le ­batteur Art Blakey et ses Jazz Messengers ou le vibraphoniste Bobby Hutcherson. ­Incontournable!

Marie-Noëlle Claveau

 » »

Sans hésiter – Ekitable

Oh que voilà un joli disque qui n’est pas que du jazz! Auteure-compositrice-interprète, la chanteuse Marie-Noëlle Claveau viendra sans contredit ensoleiller votre été, et ce, sans hésiter! Évoquant un peu Diane Tell, elle nous offre 12 compositions originales dans lesquelles se côtoient la poésie et la tendresse. Entourée de très bons musiciens comme le guitariste Éric Khayat, le trompettiste Steve Moran ou le claviériste Ralph Telémaque, elle distille avec une voix douce et nuancée de superbes compositions telles que Si le vent, Un jour, la nuit, Faire du bien et Trop sensible. Bravo.

3 concerts à surveiller

3 juin – 19 h 30

Salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts de Montréal

Hommage au pianiste George Shearing Lullaby Of Birdland Rémi Bolduc, saxophoniste alto Pat Labarbera, ­saxophoniste ténor François Bourassa, pianiste André White, batteur Neil Swainson, ­contrebassiste

3 juin – 20 h 30

Au Upstairs

Jean Michel Pilc, pianiste

7 juin – 20 h 30

Au Upstairs

Julie Lamontagne, pianiste

Et son trio

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *