Dylan Perron et Élixir de Gumbo sacrés vainqueurs des Francouvertes

Dylan Perron et Élixir de Gumbo sacrés vainqueurs des Francouvertes

MONTRÉAL – La finale toute masculine de la 19e édition des Francouvertes avait des parfums folks, lundi soir, au Club Soda. Entre le survolté Émile Bilodeau et l’atmosphérique Charles-Antoine Gosselin, Dylan Perron et son Élixir de Gumbo ont remporté la mise avec leur prestation bluegrass pleine d’entrain.

Quelques minutes seulement après avoir été nommé grand gagnant par Fanny Bloom et Keith Kouna, les deux porte-paroles de cette édition, Dylan Perron flottait encore sur un nuage. «Je suis super content, a-t-il lancé en entrevue. Les Francouvertes, c’est un beau concours qui met en avant la musique et les amoureux de la musique.»

Le jeune homme de 29 ans, originaire de l’Abitibi, a tout de suite voulu tempérer les ardeurs. «Les concours ne sont pas des incontournables, a-t-il précisé. On peut amorcer une carrière en faisant aussi la tournée des bars.»

D’ailleurs, Dylan Perron et ses musiciens d’Élixir de Gumbo connaissent bien la scène musicale pour l’avoir arpenté depuis quelques années. «Je vis de la musique depuis que j’ai 16 ans. Avec mon groupe Élixir de Gumbo, on joue partout au Canada. On a joué aux FrancoFolies. On s’est même produit en France et en Suisse. On n’a peut-être jamais levé médiatiquement, mais on donne plus de 200 spectacles chaque année.»

Soirée festive et intime

Durant la soirée, Dylan Perron et sa formation se sont démarqués en alternant entre moments festifs et d’autres plus intimes. Leur style énergique à la Cowboys Fringants a fait «swinger» la foule. Ils ont interprété plusieurs morceaux de leur premier album, dont Les Boulets aux pieds, un titre totalement déjanté.

«Je suis un musicien qui s’est entouré de musiciens pour faire la fête, a-t-il lancé. L’énergie est très importante lorsqu’on est en spectacle. Ensemble, on veut mettre l’ambiance.»

Visiblement, le jury et le public, qui ont voté conjointement pour choisir le favori, ont craqué pour ces fous joyeux qui préparent déjà leur deuxième album. Même si Dylan Perron n’a pas voulu décrire les deux autres finalistes comme des concurrents, il reste que Charles-Antoine Gosselin était un sérieux candidat.

«J’aime beaucoup ce qu’il fait. Ce soir, j’ai entendu deux chansons de lui que j’aurais vraiment aimé avoir écrites», a-t-il confié.

Éviter les pièges du vedettariat

En remportant les Francouvertes, assorti d’une bourse de 10 000 dollars, l’auteur-compositeur et interprète espère pouvoir continuer à faire son métier sans tomber dans les pièges du vedettariat.

«Quand les projecteurs sont braqués sur vous, c’est souvent le moment où l’on oublie de faire de la musique pour montrer son visage partout. Ce genre de carrière où les gens vous reconnaissent dans la rue sans savoir quel genre de musique vous jouez ne m’intéresse pas du tout», a-t-il dit.

Les Francouvertes qui fêtera l’année prochaine son 20e anniversaire se veut une rampe de lancement pour les chanteurs. Les années précédentes, le concours a couronné de nombreux talents tels que Karim Ouellet, les Soeurs Boulay, Karkwa, les Dead Obies et Damien Robitaille.

«À mon tour, je veux faire quelque chose de beau. Je ne veux pas passer à la télévision. Je veux simplement continuer à faire de la musique», a conclu Dylan Perron.

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire