Éva Ottawa et le Conseil du Statut de la femme, des visions inconciliables

Éva Ottawa et le Conseil du Statut de la femme, des visions inconciliables

QUÉBEC L’Atikamekw Éva Ottawa estime que son désir de prioriser le féminisme autochtone et ses idées sur plusieurs enjeux étaient inconciliables avec la fonction de présidente du Conseil du statut de la femme et c’est pourquoi elle a donné sa démission.

L’ancienne grande chef du Conseil de la nation atikamekw qui avait accédé à la présidence du Conseil du statut de la femme en septembre dernier avait annoncé lundi qu’elle quittait ce poste. Jeudi, dans un communiqué, elle a expliqué les raisons de cette décision.

«Mon intégration et mon adaptation, compte tenu de mon bagage culturel, n’ont pas été faciles», a dit Mme Ottawa.

Elle affirme que ses priorités en tant qu’autochtone et ses positions sur certains enjeux étaient difficilement conciliables avec sa fonction et la mission du Conseil du statut de la femme. Cet arrimage de visions présentait des «défis importants sur lesquels nous avons travaillé ensemble».

«Malgré nos efforts, des écarts subsistaient», a dit Mme Ottawa, ajoutant que des raisons de santé sont aussi à l’origine de sa décision.

Mme Ottawa se dit reconnaissante d’avoir été nommée à ce titre et souhaite un bon succès à Louise Cordeau qui lui a succédé.

La ministre responsable de la Condition féminine, Lise Thériault, estime qu’Éva Ottawa a de nombreuses qualités qui peuvent être mises à contribution.

«Je souhaite ardemment que ses compétences soient mises à profit ailleurs dans le gouvernement, car je pense que Mme Ottawa est un plus pour un gouvernement», a dit Lise Thériault, jeudi, en marge du caucus présessionnel libéral à l’Assemblée nationale.

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire