Événement à Montréal une personne arrêtée pour méfait

Événement à Montréal  une personne arrêtée pour méfait

une décision récente ‘ de l’Université du Québec à Montréal ‘ expulser les élèves de neuf « militants » a réagi vendredi au centre-ville de Montréal.

MONTRÉAL – La récente décision de l’Université du Québec à Montréal d’expulser neuf étudiants «militants» a fait réagir ce vendredi, au centre-ville de Montréal. Environ 200 manifestants ont crié haut et fort leur désaccord dans un rassemblement qui s’est soldé par une arrestation.

Les participants se sont d’abord rassemblés à la place Pasteur, située sur la rue Saint-Denis, entre la rue Sainte-Catherine Est et le boulevard de Maisonneuve Est, vers 12 h 30. Après quelques discours des étudiants et membres du conseil d’administration de l’UQAM, plus de la moitié des gens qui étaient rassemblés sont entrés vers 13 h 30 à l’intérieur du portail de l’ancienne cathédrale Saint-Jacques, rue Saint-Denis, intégré aux bâtiments de l’UQAM. Ils ont alors brandi plusieurs banderoles et ont revêtu leurs masques.

Pendant qu’ils déambulaient dans les couloirs, halls et cages d’escaliers de plusieurs pavillons de l’UQAM, certains ont aspergé de la peinture gris métallique sur des caméras de sécurité.

D’autres ont tenté de défoncer la porte d’un bureau de sécurité à l’aide d’un bâton de hockey. Ils ont scandé à plusieurs reprises des phrases telles que «Crions plus fort pour que personne ne nous ignore» et «Le rectorat nous fait la guerre, guère au rectorat».

Près d’une heure plus tard, environ une cinquantaine de manifestants ont rebroussé chemin et sont revenus à la place Pasteur. Malgré un avis de dispersion des policiers de Montréal, plus d’une cinquantaine de manifestants sont demeurés sur les trottoirs.

Le ton a monté quand des agents se sont mis à poursuivre un individu à pied jusqu’à l’angle des rues Émery et Saint-Denis. Un homme a alors été arrêté pour un méfait commis à l’intérieur des murs de l’UQAM.

Un dernier avis de dispersion a été donné quelques minutes plus tard et les participants ont tous quitté vers 14 h 45.

En début de semaine, on apprenait que la direction de l’UQAM avait entrepris des démarches afin d’expulser neuf personnes qui ont participé à des mouvements étudiants et qui auraient commis des actes de vandalisme, entre autres, au cours des deux dernières années.

Les étudiants rencontrés vendredi ne reprochent pas nécessairement la décision de l’institution, mais bien le moment de l’annonce. Ils jugent cette décision «hypocrite» et «tardive», alors que plus de 60 000 étudiants viennent de tomber en grève au Québec.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire