ExpoCité, le Grand Marché coûtera 19 M$

ExpoCité, le Grand Marché coûtera 19 M$

Le nouveau marché public d’ExpoCité sera livré en trois temps et finalisé d’ici la fin du mois de juin 2019 avec un budget maximal de 19 millions $ pour l’ensemble des travaux.

Les appels d’offres pour la transformation du Pavillon du commerce à ExpoCité en Grand Marché ont été lancés la semaine dernière.

Juin 2019

Lors de la présentation du projet à la population en avril dernier, le maire de Québec Régis Labeaume avait souligné son désir que l’endroit «sente les épices».

Les entrepreneurs qui remporteront le concours seront assujettis à de nombreuses demandes, comme le respect architectural et historique du bâtiment existant, qui date de 1924.

Pour la première fois, la précision de l’échéancier est avancée. La conception des commerces saisonniers devra être terminée d’ici la fin du mois de juillet 2018, alors que l’ensemble de la construction de l’immeuble est attendu pour le mois de décembre.

En ce qui a trait aux aménagements extérieurs, la ville s’attend à une livraison pour l’été 2019. Les coûts de 19 millions $ comprennent l’ensemble des travaux, les taxes, la conception et les frais d’administration. Lors de l’annonce du projet, le maire avait assuré qu’il n’y aurait pas de dépassement de coûts, pas d’extras.

Toutefois, «la Ville concède qu’une proportion de 30 % du projet sera à revoir».

Projets vivants

La Coopérative des horticulteurs de Québec, le groupe responsable de la gestion du nouveau marché public, veut mettre en valeur le volet agroalimentaire. Le président, Arthur Cauchon, avait mentionné qu’il visait à ce que l’emplacement soit «le plus beau marché en Amérique du Nord».

La transformation vise à créer une «relation entre l’extérieur et l’intérieur» du bâtiment, où les espaces commerciaux, les kiosques permanents, des étals saisonniers, des jardins communautaires, des serres, une cuisine collective, un plateau de tournage et une microbrasserie cohabiteront.

Les responsables veulent également projeter les activités du marché vers l’extérieur de l’immeuble, alors que des kiosques y seront installés. «L’objectif est d’assurer une présence sur la place publique et d’animer le site». L’architecture proposera également un parcours sur les toits des commerces, où des passerelles mèneront à des jardins communautaires.

Par ailleurs, un système de récupération des eaux de pluie est analysé pour desservir différents usages du bâtiment, comme les toilettes et l’irrigation des plantations.

L’installation d’équipement des matières résiduelles (composte) devrait coûter 820 000 $ et les frais de gestion récurent 25 000 $ par année, selon l’évaluation de la firme Charmard. Cette dernière soutient qu’il serait intéressant de vendre sur place le compost mature.

Ce qu’on y retrouvera :
Espaces panier bio
30 espaces commerciaux
20 kiosques permanents et 80 étals saisonniers
15 100 pi2 d’espace de jardin
2000 pi2 pour 2 serres
Une cuisine collective avec un studio de tournage
Une cuisine centrale
Une microbrasserie type «Les 3 Brasseurs»
Création de deux serres rotatives au 2e étage

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire