Feu vert d’Ottawa pour le projet Pacific NorthWest

Feu vert d'Ottawa pour le projet Pacific NorthWest

La ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, a fait son annonce à Richmond aux côtés de la première ministre de la province, Christy Clark.

Le ministre Jim Carr des Ressources naturelles et le ministre des Pêches des Océans et de La Garde côtière canadienne, Dominic LeBlanc, étaient aussi présents lors de l’annonce.

Cette décision concerne le plus important développement de ressources naturelles privé dans l’histoire du Canada.

Le projet de 36 milliards de dollars près de Prince Rupert dans le nord de la province fait l’objet d’une colère d’écologistes et de Premières Nations qui estiment que cet immense projet met à risque l’environnement.

Son développement est appuyé en majorité par le géant énergétique Petronas de Malaisie. Il doit permettre d’acheminer du gaz naturel refroidi en liquide puis transporté par bateau vers des marchés asiatiques.

Le cabinet fédéral a jusqu’au 2 octobre pour dire s’il approuve ou rejette le projet de Pacific Northwest LNG qui a déjà reçu le feu vert du gouvernement de la Colombie-Britannique.

En février, un rapport préliminaire de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale avait indiqué que cette usine et ses pipelines rajouteraient dans l’atmosphère de 6,5 à 8,7 mégatonnes de gaz à effet de serre chaque année, et deviendraient « le plus gros émetteur de gaz à effet de serre au Canada ».

Petronas avait annoncé initialement qu’il ferait avancer le projet si Ottawa lui donnait son accord. Depuis, l’entreprise dit vouloir « réexaminer le tout » avant de prendre une décision définitive.

Les prix courants du gaz naturel continuent d’être poussés vers le bas en raison d’un surplus sur le marché et de l’ouverture de plusieurs usines de gaz naturel liquéfié dans le monde, notamment en Australie et aux États-Unis.

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire