Flux L ‘ indiscipline Américains

Flux L ' indiscipline Américains

L’équipe américaine a été éliminé dans le Championnat mondial de hockey junior, vendredi, battu 3-2 par la Russie.

MONTRÉAL – Ceux qui rêvaient à une finale du Championnat mondial de hockey junior entre le Canada et les États-Unis devront en faire leur deuil, car ces derniers ont vu leurs espoirs se faire détruire à coup de pénalités, vendredi au Centre Bell.

Indisciplinés, les Américains ont perdu 3-2 en quarts de finale face aux Russes.

Commencer un match en écopant de deux punitions pour offrir un cinq contre trois dès les premières minutes de jeu, ça risque d’être coûteux. C’est ce qui est arrivé aux États-Unis.

«C’est clairement décevant. On parle d’être disciplinés depuis le jour 1. Et là, on a écopé de trop de punitions, dont certaines douteuses», a indiqué le capitaine Jack Eichel, les larmes aux yeux après la rencontre.

Avec deux hommes au cachot, les Américains ont donc vu les Russes prendre les devants à 2:31 de la première période. Ivan Barbashyov (Barbashev), des Wildcats de Moncton dans la LHJMQ, a profité d’une mêlée devant le filet pour inscrire son deuxième du tournoi.

D’autres pénalités

Quelques instants plus tard, les Américains ont encore une fois fait preuve d’indiscipline et immédiatement après la fin d’un autre avantage numérique, les Russes ont doublé leur avance, jouant quelque peu de chance. Le défenseur Brando Carlo a jonglé avec le disque devant le filet avant que celui-ci ne tombe sur son patin pour se retrouver directement sur la palette du bâton d’Alexander Sharov, qui se trouvait devant le gardien.

«On était probablement plus prêts qu’eux. Marquer deux fois en première période a probablement sauvé notre match», a résumé Barbashyov.

Au premier vingt seulement, les États-Unis ont écopé de cinq pénalités mineures, de quoi donner des ailes à leurs adversaires… et des maux de tête à l’entraîneur-chef Mark Osiecki.

«Quand tu passes la moitié de la première période à te défendre, ce n’est pas facile. Tu essaies de faire jouer des joueurs qui habituellement ne seraient pas sur la glace parce que tu ne veux pas les laisser sur le banc pendant 10 minutes», a-t-il dit.

Des «standards différents»

Y a-t-il une raison expliquant toutes ces pénalités’

«Non, a sèchement répondu Anthony DeAngelo. Il faudrait demander aux arbitres. Ce sont eux qui les donnent. On n’était pas d’accord avec certaines de ces décisions.»

L’entraîneur-chef des États-Unis a aussi montré du doigt l’arbitrage en parlant des «standards» qui avaient changé.

«Il y avait une très grosse différence entre le match contre le Canada et celui-ci. On devait ajuster notre jeu. C’est frustrant. On se disait que l’arbitrage serait différent, mais on ne s’attendait pas à un virage à 180 degrés. C’était difficile pour les joueurs», a reproché Osiecki.

Les Russes aussi ont été victimes du sifflet des arbitres en deuxième période et ç’a été à leur tour d’évoluer à trois contre cinq. Les Américains n’ont pas mis de temps à leur faire payer le prix. À peine 17 secondes plus tard, ils réduisaient l’écart à 2-1 grâce au puissant tir frappé de DeAngelo, de la ligne bleue.

C’est finalement un but de Sergei Tolchinski qui aura fait la différence. Encore une fois en avantage numérique, le petit Russe de 5 pi 9 po a marqué d’un tir faible qui a déjoué le gardien Thatcher Demko du côté du bloqueur.

«Je pense que c’était un peu chanceux. Je n’ai pas vraiment vu la rondelle, je suis juste content d’avoir marqué!», a admis Tolchinski.

Les Américains ont tenté le tout pour le tout en fin de match en retirant leur gardien, mais Igor Shestyorkin a fermé la porte. Il a d’ailleurs fini sa journée de travail avec 39 arrêts.

«C’est une importante victoire pour nous, car on savait que tout le pays regardait le match», a ajouté Barbashyov.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire