Frédéric Dion retrouve la civilisation

Frédéric Dion retrouve la civilisation

«Je décrirais mon expérience comme extraordinaire, sauvage et folle», affirme l’aventurier, encore aux Territoires du Nord-Ouest dans l’attente d’un billet d’avion pour Montréal.  

L’aventure s’est entamée le 18 août dernier, dans la région de Ross-River. Celle-ci a débutée difficilement. «À mon arrivée, je me suis rendu compte que j’avais oublié mon manteau de kayak, raconte Frédéric Dion. J’ai donc dû m’en fabriquer un avec deux sacs à poubelle et du papier collant».

Celui-ci était parti avec une embarcation et l’équivalant de ce qui peut entrer dans une gourde : un sifflet, un couteaux, un briquet, un ensemble de pêche et de réparation miniature, un filet pour les moustiques, des broches et du papier collant. Son bateau lui servait de lit et à s’abriter du vent.  

Survie

Le natif de Notre-Dame-du-Mont-Carmel a perdu 10 livres au cours de son périple. «Je voulais me servir des premiers jours pour perdre de l’altitude et faire le maximum de distance, raconte-t-il. Mais le quatrième jour, j’ai senti le besoin d’arrêter et de me nourrir.»

 

Le moment où il a réussi à chasser son premier plat, un porc-épic, est l’une de ses plus grandes réussites.  «Ça été un beau succès de survi», remarque-t-il.  

«Le pire moment est quand l’énergie t’abandonne, que tu descends un canyon, qu’il y a des falaises de chaque côté et que peut-être il y a une chute au bout», fait part Frédéric. La pluie et les vents ont empiré son stress. 

Ce père de deux enfants n’en est pas à sa première expédition. En 2014, il a parcouru plus de 3000 kilomètres en Antarctique. Son bagage d’expériences lui a permis de «gérer ses pensées négatives et d’avoir un moral de béton» lors de son périple au Yukon. 

Ce dernier a toutefois été plus éprouvant. «J’échangerais bien une heure de survie pour une journée en Antarctique, dit-il. La survie c’est beaucoup plus difficile que l’Antarctique.» 

L’aventurier donnera une série de conférences au mois d’octobre sur son aventure «Porté disparu au Yukon». Dans le cadre de ce projet, Frédéric Dion a amassé plus de 1200$ pour Opération Enfant Soleil.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire