Gaétan Barrette accusé de mépris envers les pharmaciens

Gaétan Barrette accusé de mépris envers les pharmaciens

En compagnie de leur négociateur en chef, Me Lucien Bouchard, les représentants de l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires (AQPP) ont accusé lundi le ministre de la Santé Gaétan Barrette d’avoir fait preuve de «mépris» tout en annonçant qu’ils voulaient retourner en arbitrage.

«Le fait que le ministre n’ait pas saisi cette occasion unique pour régler le litige nous sidère et ne fait que confirmer son mépris à l’endroit de notre profession, pourtant si essentielle au sein de la première ligne de soins de santé au Québec », a déclaré Jean Thiffault, président de l’AQPP.

L’Association estime avoir déposé une proposition qui aurait pu mettre fin au conflit. Elle suggérait notamment d’abolir les allocations professionnelles en janvier 2017 pour les remplacer par une hausse des honoraires: une proposition à coût nul, selon l’AQPP.

«Le mandat que nous avait donné l’AQPP était large; ils souhaitaient régler le différend et aussi en arriver à une réforme du mode de rémunération, dont le modèle est dépassé, et être payés pour les services pharmaceutiques qu’ils offrent», a mentionné Me Lucien Bouchard, l’ancien premier ministre qui agit comme négociateur en chef de l’AQPP dans ce dossier.

Vendredi dernier, devant l’échec des négociations, l’AQPP avait annoncé ses intentions de se présenter devant le tribunal d’arbitrage à Montréal. L’Association accusait le ministre Barrette de fragiliser le secteur de la pharmacie communautaire en refusant de négocier sérieusement avec les pharmaciens propriétaires.

Amorcée le 2 juin 2016, la période de négociations s’est terminée vendredi dernier.

«Nous n’avons épargné aucun effort pour arriver à une solution négociée. Nous avons déposé plusieurs propositions qui auraient entre autres permis de revoir le modèle de rémunération des pharmaciens. Nous avons même proposé un modèle comportant l’abandon des allocations professionnelles», avait écrit vendredi Me Bouchard.

L’AQPP a affirmé qu’en juin 2015, les pharmaciens avaient accepté de contribuer à l’effort budgétaire du gouvernement en lui versant une somme de 400 millions $, sur trois ans, tirés de leurs honoraires. En échange, le gouvernement devait déplafonner, pour trois ans également, les allocations professionnelles.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire