Garderies , les éducatrices ne sont pas menacées assure Charbonneau

Garderies , les éducatrices ne sont pas menacées assure Charbonneau

Les associations des centres de la petite enfance (CPE) et des garderies privées cherchent à créer «une panique générale» en laissant croire que des milliers d’éducatrices perdront leur emploi, déplore la ministre de la Famille, Francine Charbonneau.

«Il n’y a pas d’éducatrices ou d’éducateurs qui sont menacés», a déclaré la ministre de la Famille, dans les minutes précédant les période des questions à l’Assemblée nationale, vendredi matin.

«Le service, ce qu’on cherche à faire avec, c’est le rendre meilleur et le rendre encore mieux pour les enfants du Québec», a fait valoir la ministre.

Dans un geste sans précédent, les associations des CPE et des garderies privées ont tourné le dos au gouvernement jeudi en se retirant d’une table de discussion sur le financement du réseau.

Les associations affirment que le gouvernement souhaite récupérer entre 120 et 320 millions $ dans le réseau de garderies, ce qui pourrait se traduire entre 2800 et 5000 pertes d’emplois.

«M. (Jacques) Parizeau disait : tout ce qui est exagéré est insignifiant», a répété ce matin Francine Charbonneau en impromptu de presse et lors de la période des questions au Salon bleu.

La ministre de la Famille assure que le ratio enfants/éducatrices demeure inchangé. Selon Mme Charbonneau, qui rapporte des surplus de 376 millions $ dans le réseau de garderies, les gains d’efficience que cherche à obtenir le gouvernement sont essentiellement administratifs.

«Aucun éducateur ou éducatrice ne sera mis à pied avec les ratios qu’on a maintenant», a déclaré en chambre Mme Charbonneau.

Une attaque contre les femmes

De son côté, l’opposition péquiste accuse le gouvernement de s’attaquer à des emplois qui sont essentiellement occupés par des femmes.

«Dans le fond, […] les CPE, ils n’y croient pas et ils (les libéraux) préfèrent favoriser les garderies privées», croit le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau.

Un point de vue «complètement ridicule», a déploré à son tour le leader parlementaire de la Coalition avenir Québec, François Bonnardel, qui considère que les CPE et les garderies privées sont complémentaires.

La CAQ est convaincue que des gains d’efficience sont possibles dans le réseau de garderies, mais ils ne doivent pas se faire sur le dos des services éducatifs offerts aux enfants, a prévenu le député caquiste de Granby, en l’absence de son chef, François Legault, vendredi matin, au parlement.

Pour sa part, la porte-parole de Québec solidaire, Françoise David, se demande si pour le gouvernement, les emplois des éducatrices en CPE ont moins de valeur que ceux chez Bombardier, à qui le gouvernement a volé au secours en allongeant tout récemment 1,3 milliiard $ additionnels.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire