Gaz à effet de serre, Ottawa monte la barre à 80% Couillard sceptique

Gaz à effet de serre, Ottawa monte la barre à 80% Couillard sceptique

MARRAKECH | Le Québec se montre sceptique devant l’ambition d’Ottawa de réduire de 80% les émissions canadiennes de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2050.

À la cible de réduction des émissions de GES de 30%, par rapport à 2005, d’ici 2030, Ottawa ajoute celle que la communauté internationale s’est donnée à Paris l’an dernier.

«Nous devons empêcher la température de la planète d’augmenter de plus de 2 degrés Celsius d’ici 2050. On n’est pas là, on doit faire plus», a reconnu la ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna, à Marrakech, où prend fin la 22e Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques.

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard signale que les cibles du Québec sont beaucoup plus ambitieuses et que le Canada a du chemin à faire. «Le gouvernement fédéral a essentiellement repris les cibles du gouvernement précédent. Il devra travailler très fort pour y arriver, a-t-il dit, avant de préciser que la carte (carbone) du Canada n’est pas très favorable.»

Québec est d’autant plus sceptique que la cible de 80% n’est pas légalement contraignante pour le gouvernement fédéral et que l’environnement est de compétence des provinces et territoires canadiens.

«Beaucoup de juridictions dans ce domaine échappent au gouvernement fédéral», a précisé le premier ministre.

«Des illusions»

Le doute existe aussi dans les rangs du Parti québécois,quant à la capacité du Québec de réduire ses émissions de GES de 20% en 2020, de 37,5% en 2030 et de 95% d’ici 2050. «La cible de 2020 ne sera pas atteinte (…) Si on continue comme c’est parti, les cibles ne seront que des illusions», croit le député Sylvain Gaudreault, qui demande au gouvernement d’adopter une loi-cadre obligeant le gouvernement à prendre les moyens d’atteindre ses cibles.

À son avis, le système de plafonnement des émissions de GES ne suffira pas. «Il faut plus de mesures contraignantes et plus incitatives pour réduire la consommation de pétrole.» Une loi-cadre à l’image de la Loi sur le déficit zéro permettrait de «sécuriser l’atteinte des cibles», suggère Sylvain Gaudreault.

Le ministre de l’Environnement David Heurtel signale que la règlementation entourant le marché du carbone contient des mesures contraignantes. «Nous avons au Québec des cibles contraignantes grâce au marché du carbone.»

Philippe Couillard n’écarte pas l’idée. «C’est une question qu’on est prêts à évaluer. On va regarder ce que ça peut apporter en valeur ajoutée.»

Étiquettes : , , , , , ,

Laisser un commentaire