Harcèlement en chambre, Khadir à la défense d’un député caquiste

Harcèlement en chambre, Khadir à la défense d'un député caquiste

Fait plutôt rare au Salon bleu, le député de Québec solidaire, Amir Khadir, s’est porté à la défense d’un député caquiste harcelé par les commentaires désobligeants d’un député libéral.

À peine complétée, la question en chambre du député caquiste de Borduas, Simon Jolin-Barrette, a eu tôt fait d’être éclipsée par le chahut provoqué par l’intervention à micro fermé de son voisin d’arrière-ban, le député libéral d’Argenteuil, Yves St-Denis.

Yves St-Denis

Visiblement irrité, le député de Mercier est sorti de ses gonds en se levant de son siège afin d’interpeller le président d’assemblée.

Le leader parlementaire de la CAQ, François Bonnardel, s’est alors interposé. «Le député assis en arrière de mon collègue, là, n’arrête pas de parler, de faire du harcèlement pendant que mon collègue pose une question», a dénoncé M. Bonnardel.

«Je crois qu’il serait opportun, peut-être après cette période de questions, de se pencher sur le comportement répété, fréquent, permanent, intimidant du collègue (D’Argenteuil)», a déploré à son tour le député solidaire de Mercier, suscitant un rare tonnerre d’applaudissements du côté de l’opposition.

Photo Simon Clark

Le député caquiste, Simon Jolin-Barrette

Le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, s’est d’ailleurs empressé de rappeler que les applaudissements pendant la période des questions étaient dorénavant interdits.

Un «goon» libéral

En entrevue avec notre Bureau parlementaire, M. Jolin-Barrette a dit avoir apprécié le geste posé par M. Khadir, sans toutefois être en mesure de rapporter les propos reprochés à M. St-Denis.

«Lorsqu’il est question du droit de parole d’un député, tous les députés sont concernés», a dit le député caquiste de Borduas.

En point de presse à la sortie de la chambre, le député solidaire de Mercier est revenu son intervention en accusant le député libéral d’Argenteuil de se comporter en «goon».

«On a un peu de difficultés parfois avec certains députés d’arrière-ban libéraux, a-t-il ajouté.

Mais le problème va au-delà du seul député libéral d’Argenteuil, selon le député de Québec solidaire.

«Il n’y a pas juste ça, a souligné M. Khadir. Vous savez comme moi qu’il y a plein de députés d’arrière-ban, malheureusement, qui regardent des games de hockey le mardi soir (en) commission parlementaire. On les signale une première fois, puis ça recommence. C’est l’argent des contribuables qu’ils gaspillent!»

Étiquettes : , , , , , , ,

Laisser un commentaire