Hells Angels atteint par balle, on veut passer un message

Hells Angels atteint par balle, on veut passer un message

MONTRÉAL – Quelqu’un a essayé de «passer un message» samedi lors de la tentative de meurtre survenue à Lachute sur un haut gradé des Nomads, un groupe de motards affilié aux Hells Angels, croit un expert en affaires policières.

Alors qu’il roulait sur une route de campagne à Lachute, dans les Laurentides, le vice-président des Nomads d’Hamilton, Philippe Boudreau a été la cible d’une dizaine de coups de feu tirés à partir d’un véhicule. Il a été atteint par au moins un projectile.

«Ça ressemble étrangement à un règlement de compte, estime Daniel Cléroux, inspecteur-chef à la retraite. On veut passer un message. On tente d’éliminer quelqu’un. Ils étaient deux, et ils tiraient seulement sur une des deux personnes. Il y a un message à passer là-dedans, c’est sûr.»

Il semble que l’homme était directement ciblé: le motocycliste qui l’accompagnait n’a pas été touché et a pris la fuite après l’attaque.

«Est-ce qu’il [le motard ciblé] voulait prendre un contrôle quelconque’ Il ne voulait pas laisser sa place’ se questionne M. Cléroux. Il y a quelque chose qu’il ne voulait pas, et ils ont décidé d’essayer de l’enlever. Et ils ont manqué leur coup.»

Après l’attaque, l’homme a été transporté dans un centre hospitalier avec des graves blessures. Sa vie n’est toutefois pas menacée. Les enquêteurs des crimes majeurs de la Sûreté du Québec ont passé la journée sur le chemin Bethany pour tenter d’identifier le tireur.

Dans la journée, les policiers ont indiqué qu’ils étaient à la recherche d’un VUS d’un vieux modèle, bleu gris, avec deux personnes à bord.

Selon l’expert, aucun motard n’a été tué depuis le début des années 2000, moment où ont eu lieu les multiples opérations policières qui ont considérablement affaibli les motards. Ces groupes criminalisés se sont faits discrets depuis ce moment.

«Dans le temps où les motards étaient très présents, il n’y a rien qui se faisait au Québec sans que les motards y touchent, que ce soit la prostitution, les escortes, la drogue, détaille-t-il. Depuis l’an 2000, il y a beaucoup de gens qui ont pris leur place, entre autres les gangs de rue, entre autres d’autres gens du crime, des petits vendeurs de coins de rue.»

La tentative de meurtre de samedi pourrait être la première expression d’une reprise des hostilités entre les différents clans. Certains motards sortent de prison et voudraient reprendre la place qu’ils occupaient auparavant.

«Si les gens ne comprennent pas, c’est probable qu’il y ait des choses qui se passent», croit l’expert, faisant allusion à de possibles nouveaux attentats du genre.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire