Homme abattu par le SPVM, la victime était client d’un refuge

Homme abattu par le SPVM, la victime était client d'un refuge

MONTRÉAL – L’homme que les policiers ont abattu à Montréal vendredi était un client de la Mission Old Brewery, un refuge pour sans-abri qui regroupe plusieurs autres services d’aide et d’accompagnement.

Selon le PDG de la mission, Matthew Pearce, la victime de 38 ans a utilisé les services d’hébergement de façon épisodique au cours des 11 dernières années.

«Il a été un client de 2005 à 2010 et ensuite on n’a pas entendu parler de lui jusqu’en 2016, a expliqué M. Pearce à l’Agence QMI, dimanche. Et puis, en 2016, il est venu souvent dormir à la mission.»

La Mission offre notamment des services en santé mentale, en santé urbaine et pour un accès au logement abordable. Le personnel de l’établissement sera en mesure sous peu de déterminer si le défunt a utilisé d’autres services que celui de refuge.

Homme en crise

Vendredi après-midi, l’homme dont le nom n’a pas encore été rendu public a péri sous les balles des policiers à côté de la Mission Old Brewery, situé au coin du boulevard Saint-Laurent et de la rue Saint-Antoine Ouest. Selon des témoins et les policiers, la victime, vraisemblablement en crise, brandissait de façon menaçante deux couteaux au moment du drame. L’homme a finalement été atteint par au moins un projectile tiré par des policiers.

Peu avant sa mort, l’homme aurait agressé au couteau un individu qui s’en est tiré avec des blessures au haut du corps. C’est en raison de cet incident qu’il était poursuivi par les autorités, qui l’ont finalement neutralisé derrière la Mission.

«Tout le monde est ébranlé ici, autant les clients que les employés a expliqué M. Pearce. Nous travaillons fort pour que notre refuge soit un havre de paix, de respect et de sécurité. Ce climat a été malmené depuis vendredi.»

Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) a ouvert une enquête pour tenter de déterminer avec précision les circonstances du drame. «Nous voulons comprendre ce qui s’est passé.

Était-ce vraiment la seule option disponible de tirer sur lui’» a indiqué M. Pearce.

Un autre itinérant tué par les policiers

Ce triste événement n’est pas sans rappeler à M. Pearce d’autres opérations policières lors desquelles des itinérants ont perdu la vie à Montréal au cours des six dernières années.

Selon lui, l’important en situation de crise est de tout faire pour désamorcer la tension.

«Souvent la personne en crise (surtout en santé mentale) est aux prises avec une peur énorme, a dit le directeur du refuge, où les employés gèrent des situations de violence au quotidien. Il faut tout faire pour la rassurer, la calmer, l’écouter.»

M. Pearce sait que les policiers doivent tout faire pour ne pas compromettre la sécurité du public, mais il s’interroge tout de même sur la formation des policiers pour gérer ce genre de situation.

«Ma perception, c’est que les policiers veulent contrôler la situation en réduisant les mouvements et les déplacements des gens en crise, a-t-il dit. Souvent, utiliser la force, ça augmente les tensions.»

Des témoins de la scène ont indiqué vendredi que, de prime abord, les policiers ont tenté de l’interpeller calmement.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire