Il y a une fièvre Drogba

Il y a une fièvre Drogba

Les débuts tant attendus de Didier Drogba dans l’uniforme de l’Impact de Montréal auront finalement lieu samedi, dans un stade Saputo qui sera rempli à craquer, selon le vice-président exécutif de l’équipe, Richard Legendre.

«Ça fait du bien!», a lancé M. Legendre, mardi, en entrevue à TVA Sports.

«On est somme toute à guichets fermés, il ne reste quasiment plus de billets, a-t-il poursuivi. J’ai l’impression que demain (mercredi), il n’en restera plus. Mais il en reste pour les autres: le 5 septembre, on est repartis.»

«La saison est devant nous, on est en sixième position, on est bien placés pour faire les séries, a indiqué M. Legendre. On a des matchs à rattraper depuis le début de la saison, qu’on n’a pas encore rattrapé, alors vraiment, le mois de septembre, au stade Saputo, sera super excitant.»

Les amateurs de soccer qui voudront assister aux prochaines rencontres devront cependant agir vite.

«Je ne pense pas que ce soit notre dernier guichet fermé, mais les gens doivent se préparer un petit peu plus vite, qu’ils achètent un peu plus tôt, parce qu’on n’a pas le même rythme de vente du tout, il y a une urgence qu’on sent chez les gens», a-t-il averti.

«Un grand athlète»

Le vice-président est très impressionné jusqu’ici par l’athlète ivoirien.

«On est très contents, très excités, il y a une fièvre Drogba, a observé M. Legendre. On l’a vu aller à l’entraînement, dans différentes circonstances, vraiment, c’est un gars charmant, un grand athlète. Déjà, il a beaucoup séduit Montréal et je pense que ça va continuer.»

«C’est un gars de 37 ans qui a une carrière extraordinaire derrière lui, mais justement, il n’a pas l’air d’un gars qui pense juste à ce qu’il fait, il a l’air de penser à ce qu’il veut faire, a ajouté le dirigeant. On sent qu’il veut contribuer, performer, et je pense qu’il croit encore qu’il peut performer.»

Si Drogba a repris la forme, il est difficile de prévoir la décision de l’entraîneur Frank Klopas quant à l’utilisation du numéro 11, samedi.

«On ne sait pas combien de temps il va jouer samedi soir, a expliqué M. Legendre. Il ne sera peut-être pas partant non plus.»

Il était aussi difficile de prévoir, à la suite de son embauche, la date de son premier match, a souligné le vice-président.

«On ne savait pas exactement, il n’avait pas joué depuis deux mois et demi. C’est un gars qui est évidemment en grande forme physique, mais il commence une saison sans avoir un gros camp d’entraînement (…) il est ici pour rester, alors on veut le garder en santé pour la fin de la saison et la saison prochaine.»

Le Stade olympique, non merci

Plusieurs se sont demandé pourquoi l’Impact ne tenait pas le match de samedi au Stade olympique plutôt qu’au stade Saputo, étant donné qu’il y a quasiment trois fois plus de sièges disponibles dans le premier.

«On aime bien notre stade, notre maison, c’est le stade Saputo, a insisté Richard Legendre. Ce qu’on veut faire, c’est à chaque match remplir le stade Saputo et on va être très, très, heureux si on parvient à le faire.»

«Déjà, une capacité à tout près de 21 000, c’est l’équivalent du Centre Bell ou à peu près. On est satisfaits de ce genre de foule là, quand c’est à guichets fermés.»

Tenir ce match au Stade olympique «ne nous a jamais effleuré l’esprit, surtout en plein été. On veut jouer sur le gazon naturel, dans notre stade», a résumé le vice-président.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire