Ils vont pouvoir vivre grâce à lui

 Ils vont pouvoir vivre grâce à lui

À travers sa mort, Mathieu Huet, ce coureur de Lévis qui a péri en faisant son jogging le 4 juin dernier, permet à d’autres de s’accrocher à la vie. Six personnes ont reçu un de ses organes dans les jours qui ont suivi son décès.

«Je suis contente de me dire que d’autres personnes vont pouvoir vivre grâce à lui, a confié au Journal la conjointe du défunt, Isabelle Bertrand. Il aidait beaucoup les autres. C’est une façon d’aider les autres à travers sa mort», ajoute-t-elle.

Le père de trois jeunes enfants tenait à faire un don d’organes advenant son décès, explique Mme Bertrand. «Il avait signé sa carte et c’était dans le testament.» Il était en parfaite santé et il s’apprêtait à fêter ses 36 ans.

«Six personnes ont reçu ses organes: le c’ur, les poumons, le foie, les reins et le pancréas, énumère-t-elle. J’espère que les transplantations vont fonctionner, je me croise les doigts», ajoute la femme, très courageuse dans cette dure épreuve.

Mathieu Huet, 35 ans, père de trois jeunes enfants et conjoint d’Isabelle Bertrand, a été happé à mort par un véhicule alors qu’il faisait son jogging à Breakeyville, le 4 juin 2017.

Une nouvelle bataille

Celle qui se retrouve seule avec ses trois enfants de 4 ans, 2 ans et 8 mois insiste: l’endroit où son conjoint a trouvé la mort n’est pas suffisamment sécuritaire.

Rappelons que le joggeur traversait l’avenue Saint-Augustin à Breakeyville, là où passe la piste cyclable, quand il a été happé de plein fouet par une automobiliste. Les policiers ont conclu à une distraction de M. Huet, qui portait des écouteurs.

Photo d’archives, Stevens LeBlanc

«Il ne faut pas seulement réduire la vitesse de 70 à 50 km/h à cet endroit [NDLR: tel que le demande la Ville de Lévis au ministère des Transports], il faut ajouter des Stop’», affirme Mme Bertrand, qui souhaite ardemment convaincre les autorités de cette nécessité.

«Mes voisins, les gens du coin me disent que c’est dangereux. Il y a maintenant beaucoup plus de monde à Breakeyville et ça roule vite. Il y a beaucoup de jeunes familles qui passent là, ça pourrait arriver à un enfant, poursuit-elle. J’aimerais ça que personne d’autre n’ait à traverser cette épreuve.»

« Je ne lui en veux pas »

Deux semaines après la mort de son conjoint, la mère de famille soutient ne pas en vouloir à la jeune conductrice impliquée dans l’accident. Peut-être même qu’un jour elle sera prête à la rencontrer pour lui en faire part.

«Je ne lui en veux pas. Je me dis qu’elle va voir toute sa vie le visage de mon conjoint, le bruit de l’impact… Avoir à supporter ça, c’est déjà pas mal. Elle a appelé les secours, elle n’a pas fui les lieux. Je me dis qu’au moins Mathieu n’était pas tout seul», se console-t-elle.

Dernier adieu à un « papa exceptionnel »

photos sophie côté

Plus d’une centaine de personnes ont assis­té hier, à Lévis, aux funérailles de Mathieu Huet, cet homme de 35 ans père de trois jeunes enfants qui a perdu la vie après avoir été happé par une voiture à Breakeyville, alors qu’il faisait son jogging. La conjointe de M. Huet, Isabelle Bertrand, soutient que l’endroit où il a été tué est dangereux et qu’il faudrait améliorer la sécurité.

Plus d’une centaine de personnes étaient réunies hier après-midi au Complexe Claude-Marcoux, à Lévis, pour faire un dernier adieu à Mathieu Huet, décédé tragiquement il y a deux semaines.

C’est sur les notes de Si fragile, de Luc De Larochellière, que les proches et les amis du père de famille de 35 ans se sont réunis dans la chapelle du Complexe, où des témoignages émouvants ont été livrés.

«Tu nous manques tellement, aux enfants et à moi, a soufflé dans un sanglot sa conjointe Isabelle Bertrand. Des fois, je me dis que j’aurais dû te retenir cette journée-là, mais la vie en a voulu autrement. C’est difficile de croire que nos dernières paroles échangées furent à tantôt’. Mais tu n’es jamais revenu», a-t-elle difficilement poursuivi.

« Passionné de la vie »

Celle qui partageait la vie de Mathieu Huet depuis huit ans a souligné la douceur, la sensibilité et le sourire communicatif de son amoureux. «Un passionné de la vie» et «un conjoint et un papa exceptionnel» parti trop vite, happé à mort par une voiture en pratiquant un de ses sports préférés, la course.

«Dernièrement, tu emmenais notre petit dernier dans la poussette sportive lors­que tu partais courir. Merci de me l’avoir laissé cette fois-ci», a-t-elle glissé.

La mère de Mathieu Huet lui a aussi rendu un touchant hommage. «Mathieu voyait avec les yeux du c’ur. Il aimait et respectait toutes les personnes. […] L’exemple de ta vie nous inspire tous», a souligné la dame, parlant de son fils comme d’un homme bon et généreux.

À l’image du bon vivant qu’il était, la cérémonie a été ponctuée de quelques notes de rock: Back in Black de AC/DC et Self Esteem de The Offspring ont été joués à la guitare par l’ancien professeur de guitare du défunt.

Des amis du Lévisien ont par ailleurs fait résonner quel­ques rires dans la salle, se remémorant de belles anecdotes vécues à ses côtés.

Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *