Incendie à Drummondville, dix jours et l’attente continue

Incendie à Drummondville, dix jours et l'attente continue

DRUMMONDVILLE – Dix jours après l’incendie qui a fait trois morts à Drummondville, les locataires n’ont toujours pas accès à leurs appartements pour récupérer des objets personnels et certains sinistrés commencent à s’impatienter.

La propriétaire de l’immeuble, guidée par sa compagnie d’assurances, empêche les locataires d’entrer à l’intérieur des immeubles à cause des risques d’effondrement. Des gardiens de sécurité sont d’ailleurs présents jour et nuit.

Une situation que vivent difficilement les familles des trois victimes qui voudraient récupérer des souvenirs et s’imprégner de l’endroit pour les aider dans leur deuil.

«Le chapelet de mon arrière-grand-mère qui est accroché sur le mur c’est le chapelet avec lequel mon grand-père a prié pendant cinquante ans, c’est quelque chose que j’aimerais avoir, a raconté une sinistrée. On ne veut pas vider notre appartement, on veut juste un petit cinq minutes.»

La Sûreté du Québec (SQ) a quitté l’endroit il y a quelques jours. L’enquête a conclu que l’incendie était d’origine accidentelle.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *