Industrie des énergies renouvelables, l’adoption de la loi sur les hydrocarbures réclamée

Industrie des énergies renouvelables, l'adoption de la loi sur les hydrocarbures réclamée

L’Association québécoise de la production d’énergie renouvelable réclame l’adoption sans délai du projet de loi sur les hydrocarbures.

Les tergiversations des députés nuisent à l’industrie, soutient Jean-François Samray, président-directeur général de l’Association québécoise de la production d’énergie renouvelable (AQPER), qui représente les petites centrales électriques, le secteur éolien, l’énergie solaire, le biogaz, la biomasse forestière et les biocombustibles.

L’étude du texte législatif piloté par le ministre Pierre Arcand avance à pas de tortue. Le Parti québécois s’oppose aux dispositions sur les forages avec fracturation hydraulique et le droit accordé aux pétrolières d’exproprier des citoyens. Le gouvernement ne veut pas reculer.

«Ce qu’attend véritablement l’industrie, c’est que le projet de loi 106 soit adopté, et le plus tôt possible», plaide M. Samray, au cours d’un entretien avec notre Bureau parlementaire. La mise en place de la transition du Québec vers des énergies plus vertes en dépend, insiste-t-il.

Signal du Québec

Il rappelle que le gouvernement a promis une réduction de 40 % des produits pétroliers et des énergies fossiles d’ici 2030, et que le cadre réglementaire de cette transition se trouve également dans le projet de loi.

«Les entreprises attendent. Elles attendent le signal. Elles ont provisionné des fonds, et si on n’a pas le cadre réglementaire rapidement, bien, il y a des investissements qui vont aller ailleurs ou qui ne se feront pas, et ça sera autant d’emplois perdus, de retombées régionales perdues, dit-il. On veut avoir un signal clair du Québec par rapport aux investissements, de démontrer que le Québec est open pour business.»

Réduction des GES

Le porte-parole de l’AQPER se désole de la joute politique qui a cours à l’Assemblée nationale. «Les parlementaires, c’est leur travail de trouver des terrains d’entente et de voir aux intérêts supérieurs de la nation.»

Jean-François Samray ajoute que les députés ont adopté à l’unanimité les cibles de réduction des gaz à effet de serre. Le temps est venu d’adopter les mesures qui vont permettre de les atteindre, signale-t-il.

Jeudi, le ministre des Ressources naturelles s’est dit excédé par le «blocage» de l’opposition péquiste. Pierre Arcand n’a pas exclu de recourir au bâillon pour forcer son adoption du projet de loi sur les hydrocarbures. «Ma patience va avoir des limites», a-t-il prévenu.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire