Industrie du taxi, les jeunes libéraux contre le projet de loi

Industrie du taxi, les jeunes libéraux contre le projet de loi

QUÉBEC – Le projet de loi 100 sur l’industrie du taxi est un «échec» selon les jeunes libéraux, a appris Le Journal du Québec.

«Le défi pour le législateur, dans ce nouveau contexte, est de mettre en place de nouvelles règles qui prennent en considération le fait que de petits joueurs peuvent offrir des services à temps partiel, maintenant que la technologie facilite la mise en relations entre prestataire et bénéficiaires de services. C’est sous cet angle d’analyse que le projet de loi 100 déposé par le gouvernement est un échec», écrivent-ils dans un mémoire déposé à l’Assemblée nationale et obtenu par le Journal.

«Ce manque de vision se devait d’être dénoncé par la Commission-Jeunesse», affirment-ils.

La Commission-Jeunesse du Parti libéral propose plutôt d’abolir le prix plancher du transport de personne et abolirait carrément la gestion de l’offre dans l’industrie du taxi. Seuls les chauffeurs propriétaires seraient dédommagés et non pas les entreprises qui possèdent plusieurs permis.

«La Commission-Jeunesse croit que la solution est de diminuer la pression financière sur les taxis, et non d’appliquer ce modèle archaïque à l’économie du partage, comme le suggère le projet de loi 100», écrit-elle dans son mémoire.

La Commission avait fait adopter, début mai, lors d’un conseil général du Parti libéral, une motion qui remettait en question le projet de loi du ministre des Transports, Jacques Daoust.

Elle n’a pas changé d’idée. Elle propose par ailleurs une taxe de 0,35 à 0,50 $ sur le transport de personne pour dédommager les propriétaires de permis.

Les jeunes libéraux croient toutefois que les prix seraient plus bas malgré cette ponction puisque le prix plancher serait aboli et que les consommateurs sortiraient gagnants d’une industrie déréglementée.

Aussi sur Canoe.ca

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire