Intégration des élèves en difficulté, Le ministre Proulx préoccupé

Intégration des élèves en difficulté, Le ministre Proulx préoccupé

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, est «préoccupé» par la forte proportion d’élèves à risque ou en difficulté dans des écoles publiques de Québec.

Le Journal rapportait lundi que la moitié des élèves sont considérés comme à risque ou en difficulté à la fin du primaire, selon un sondage réalisé auprès d’environ 300 profs à l’initiative du Syndicat de l’enseignement de la région de Québec.

Pour le ministre Proulx, il est temps d’ouvrir le débat concernant l’intégration des élèves à besoins particuliers dans les classes ordinaires. «Est-ce qu’on a atteint la limite’ Quels sont les impacts pour les élèves qui sont dans l’ombre des élèves en difficulté’ (…) Il faut faire cet état des lieux», a-t-il indiqué lors d’un entretien avec Le Journal lundi, en début de soirée.

Ce débat vient de s’amorcer dans le cadre des consultations sur la réussite éducative, qui se déroule depuis le début octobre, précise-t-il. Mais le ministre se garde bien pour le moment d’en tirer des conclusions hâtives. «Il faut trouver de bonnes solutions durables dans le temps», lance-t-il.

Des «chiffres inquiétants»

De son côté, le député Alexandre Cloutier, porte-parole péquiste en matière d’éducation, se dit «extrêmement préoccupé» par la situation. Il estime que la composition de la classe est «la grande oubliée» des consultations menées présentement par le gouvernement Couillard.

M. Cloutier voit dans ces «chiffres inquiétants» deux problématiques, à commencer par le manque de services professionnels dans les classes où ont été intégrés des élèves en difficulté, à la suite notamment des compressions des dernières années.

La multiplication des programmes particuliers et la présence du réseau privé «posent aussi problème», puisque les élèves qui ont des difficultés sont désormais concentrés dans les classes ordinaires, ajoute M. Cloutier. «On doit faire un débat sur ces enjeux-là», dit-il, sans vouloir s’avancer sur des pistes de solutions concrètes.

À la Coalition avenir Québec, le député Jean-François Roberge, qui est lui-même un ancien enseignant du primaire, n’est pas étonné par les résultats de l’enquête obtenue par Le Journal.

Or selon M. Roberge, le principal problème demeure l’intégration massive d’élèves en difficulté dans les classes ordinaires sans avoir les ressources nécessaires. «C’est le pire des scénarios», lance-t-il.

Tout en étant prudent face au «retour du balancier», M. Roberge prône une plus grande ouverture envers les classes spécialisées et surtout, l’intervention précoce dès le début du primaire pour «réchapper» les élèves considérés «à risque» à la fin du primaire. «Je suis convaincu qu’avec de la stimulation précoce, on aurait pu venir en aide à bien des jeunes», lance-t-il.

Étiquettes : , , , , ,

Laisser un commentaire